Interview: Ferdaous, une chanteuse au naturel

Sarah: « Our home », une chanson engagée pour la protection de l’environnement, que pouvez-vous nous dire à son sujet ?

Ferdaous: Cette chanson me représente. Elle trouve son inspiration dans ma volonté de rendre hommage à mon pays, ce pays magnifique qui m’a vu grandir et que j’aime. Je souhaitais aussi glorifier notre terre qui nous nourrit et protège.  Nous lui sommes tant redevables.

Le Maroc a eu l’honneur d’abriter la Cop 22. Ce fut pour moi une formidable opportunité d’exprimer mon élan pour la sauvegarde de la planète.

Sarah: Comment avez-vous été choisie pour chanter l’hymne de la COP 22.

Ferdaous: J’ai écrit les paroles et composé la musique. Karim Slaoui a fait l’arrangement. Une première maquette avec des images d’illustration a été présentée au ministère de l’environnement. Le projet a plu et a été sélectionné. Tout s’est, par la suite, accéléré avec le tournage du clip, réalisé par Khalid Douach, avec l’assistance d’une équipe motivée et talentueuse qui m’a fait confiance depuis le début. Aussi, je tiens à remercier nos partenaires dans ce projet Cinétéléma et Preview.

Sarah: Qu’avez vous ressenti lorsque vous avez appris la nouvelle ?

Ferdaous: Une immense joie ! Je n’oublierai jamais ce moment. Ce fut l’aboutissement et la reconnaissance d’un long travail, jonché d’obstacles et parsemé de doutes. Mais on y croyait et on le voulait plus que tout. Ce fut une incroyable aventure qui va marquer un tournant dans ma carrière.

Sarah: Vous sentez-vous ambassadrice artistique du Maroc ?

Ferdaous: Ce titre serait un honneur pour moi, même si c’est lourd à porter. Il faut le mériter et l’assumer au mieux. J’ai toujours tenu à représenter dignement mon pays.  Dieu m’a donné ce don et je voudrais qu’il puisse servir à faire avancer les choses. Je me situe dans une démarche constructive, l’art au service de la société.

Sarah: 2016, une année riche pour vous, avec aussi votre court-métrage « Before it’s too late ». Racontez nous le pitch.

Ferdaous: Je ne m’étais jamais cru capable d’écrire. Tout a commencé par la lecture d’un article sur les dangers du réchauffement climatique sur les écosystèmes et la menace d’extermination des abeilles. C’est bien réducteur d’associer l’abeille au pot de miel. Elle est cette ouvrière qui, par la pollinisation, assure la sauvegarde des cycles naturels et maintient les équilibres.  Naturellement ce thème s’est imposé, je suis cette abeille qui décide de traduire en justice « le réchauffement climatique » devant un juge incarnant l’humanité.

Sarah: Alors, chanson et cinéma, que vous apporte chacun de ces arts ?

Ferdaous: C’est une synergie, il n’y a que de l’émotion. Musicalement, il faut ressentir ce que l’on interprète. Pareil pour le cinéma, la sincérité prime.

Lire aussi :  Kamar Saadaoui: 4 questions pour le 8 mars

Sarah: Qu’est ce qui vous donne autant d’énergie ?

Ferdaous: Mes principes. Je ne cours pas après la célébrité. Je veux apporter des sensations positives et faire passer des messages constructifs.

Sarah: Quelle sont vos premières pensées le matin, au réveil ?

Ferdaous: Je me concentre sur tout ce que j’ai de positif dans la vie et en remercie Dieu.

Sarah: Quel est votre réflexe beauté le matin ?

Ferdaous: Je me rince le visage à l’eau froide puis j’applique une crème hydratante.

Sarah: Et santé ?

Ferdaous: Je bois beaucoup d’eau à jeun, avale des graines de lin et me gave de fruits. C’est ma dose d’antioxydant. J’enchaine sur des séances de cardio ou de stretching. J’écoute mon corps.

Sarah: Quel est le produit dont vous ne pourriez jamais vous passer ?

Ferdaous: Ma mère m’a toujours recommandé de nettoyer mon visage à l’eau de rose. Quand je vois le résultat, c’est miraculeux.

Sarah: Et pour le bien-être de l’esprit, quels sont vos secrets ?

Ferdaous: J’écoute de la musique. Pas la mienne ! (Rires) J’aime tout ! Rock, Gospel, Oum Keltoum, c’est parfait pour évacuer les tensions ! Le Yoga m’apaise, la Prière me transporte.

Sarah: Quelle place possède la mode dans votre vie ?

Ferdaous: Le plus important est de se sentir à l’aise. Je suis les tendances sans y être accro. Je choisis des vêtements qui me représentent. J’aime les matières nobles et naturelles, les couleurs neutres.

Sarah: Comment décririez-vous votre style vestimentaire ?

Ferdaous: Mon credo « Less is more ». Je suis plutôt casual et priorise les vêtements éco responsables.

Sarah: Qu’avez-vous prévu pour dire Adieu à 2016 ?

Ferdaous: L’année 2016 sera à jamais gravée dans mon esprit. Riche en créations, riche en émotions, de belles rencontres et une immense reconnaissance.

Sarah: Quelles sont vos résolutions pour 2017 ?

Ferdaous: Je ne prends jamais de résolutions. J’ai des principes de vie, d’hygiène que je reconduis naturellement. Je peux commettre des erreurs, mais je continue d’avancer sur le plan humain et au niveau artistique. Il faut rester attaché à ses propres valeurs, apprécier ce que l’on a, chercher à s’améliorer encore car rien n’est totalement acquis.

Sarah: Avez-vous de nouveaux projets ?

Ferdaous: Je prévois la sortie d’un album en 2017. Il s’intitule « Marahile » (étapes). J’ai pris la décision de le dévoiler, chanson après chanson, comme pour égrener une à une chaque séquence de la vie. Je lève ainsi subtilement le voile sur chaque cycle. Chaque morceau a sa couleur avec des sonorités mêlant à la fois le traditionnel, le moderne, le jazz, la bossa nova. Il faut oser pousser son art sur des registres jusque là inexploités.