Robin Wright à Cannes : « Grandir en tant que femme m’a pris du temps »

Robin Wright est sur la Croisette pour présenter son premier court-métrage en tant que réalisatrice.

 

La star de « House of Cards », a pris le temps de participer au talk Women in Motion de Kering pour parler de son évolution, d’égalité et de « Wonder Woman ».

 

« Quand on vous scrute pendant 30 ans comme un animal, vous finissez par réagir comme un tel. » Robin Wright, 51 ans, suit son instinct, animal donc, et passe derrière la caméra pour son premier court-métrage, présenté à Cannes.

 

The Dark of Night, thriller en noir et blanc de 10 minutes sur l’égalité, confirme l’intérêt de la Texane oscarisée pour la mise en scène. De Claire Underwood, first lady de House of Cards, Robin Wright a évidemment l’allure, mais aussi l’assurance.

 

 

C’est d’ailleurs à ce personnage incarné depuis 5 saisons qu’elle doit cette nouvelle corde à son arc. « Kevin (Spacey, ndlr) et moi sommes comme frère et sœur sur le plateau de tournage. Quand il a réalisé son premier épisode, je me suis dit ‘et moi ?’ »

 

 

Aiguillée par David Fincher, aux manettes du show, l’actrice a fini par se lancer. Neuf épisodes du show à succès sont le fruit de son travail en tant que réalisatrice.

Wonder Woman et Michelle Obama

 

Lire aussi :  La réalisatrice marocaine Houda Benyamina nominée au Festival de Cannes

 

Affectée par le divorce de ses parents enfant, elle dit avoir toujours été contrainte de s’adapter pour survivre. Encore cet instinct animal. « Grandir en tant que femme m’a pris du temps. Produire ‘House of Cards’ à égalité avec les autres m’a aidée à avoir confiance. Je ne me suis jamais sentie à l’écart. »
Celle qui est un exemple pour beaucoup est persuadée que les choses vont évoluer pour le sexe féminin. « Il faut du temps pour ré-éduquer les gens, mais le moment est venu« , pense-t-elle.

 

 

Comme pour aider les mentalités à changer, l’actrice sera au générique du blockbuster Wonder Woman. Une super-héroïne qu’elle espère voir devenir un modèle pour la nouvelle génération.

 

 

« Les jeunes femmes doivent faire entendre leur voix. J’aurais aimé qu’on m’encourage à le faire plus tôt. » En parlant d’icône, Robin Wright finit par faire un aveu : « Je n’arrête pas de me dire que Michelle Obama ferait une excellent présidente… Elle serait géniale. » Parole de Claire Underwood.