L’orgasme… dites OUI !

D’un point de vue scientifique, qu’est ce que l’orgasme ?

L’orgasme se définit d’un point de vue purement médical mais aussi bio-psycho-social et émotionnel. C’est l’ensemble des changements génitaux et périphériques et aussi les composantes émotionnelles et mentales de la montée de l’acmé du plaisir sexuel.  C’est-à-dire le plaisir sexuel à son summum. Chez la femme, l’orgasme se décrit comme des contractions musculaires périnéales qui ont lieu à des intervalles de huit secondes. Cela s’accompagne d’une réaction globale… augmentation de la fréquence respiratoire, tachycardie, rougeur de la peau, érection des mamelons ainsi qu’une érection des poils, une salivation, une transpiration. Toutes ces réactions physiques s’accompagnent d’une sensation de volupté et de jouissance intense.

Quels en sont les bienfaits ?

Le premier bienfait est la baisse de la tension sexuelle et aussi un relâchement et une détente musculaires. On éprouve aussi une sensation de volupté et de satisfaction sexuelle, physique et psychique qui dure au-delà du moment de l’orgasme. Ca peut durer les instants qui suivent voire même les jours qui suivent.

Un rapport sexuel sans orgasme est-il un échec ?

Non, effectivement l’orgasme est le maximum de la jouissance sexuelle que l’on puisse imaginer. Mais le plaisir sexuel est un continuum. Il y a du plaisir tout au long du rapport sexuel. Le fait de ne pas avoir d’orgasme n’annule pas le plaisir qui a pu être ressenti avant, pendant ou même après l’acte sexuel. L’orgasme est un des objectifs mais pas le seul. Un acte sexuel sans orgasme n’est pas forcément un acte sexuel incomplet. Ca peut être un acte sexuel tout à fait satisfaisant.

Quelle peuvent être les causes d’absence d’orgasme ?

Elles peuvent être organiques, psychologiques ou circonstancielles mais certaines sont plus récurrentes. La première étant la difficulté à lâcher prise. La personne qui est dans l’attente, le contrôle aura du mal à parvenir à l’orgasme. Il se peut aussi que la stimulation physique, psychique ou les deux qui soient insuffisantes. La dernière cause possible peut être la difficulté d’avoir cette connexion corps – esprit. La stimulation ne sera donc pas réellement ressentie.

Quelles sont les principales différences entre orgasme masculin et féminin ?

La principale est que l’orgasme masculin est le plus souvent accompagné d’éjaculation, il est donc visible. Par ailleurs, l’homme en peut avoir qu’un orgasme unique, contrairement à la femme. On parle de période orgastique chez une femme. Plusieurs orgasmes peuvent avoir lieu à la suite. Enfin, la différence se situe aussi lors de l’après orgasme. Chez l’homme comme la femme on parle de phase de résolution. Elle est moins marquée chez la femme. L’homme, lui, est dans l’impossibilité d’avoir un autre orgasme pendant cette phase qui peut durer de 30 min à deux jours.

Lire aussi :  Relation sérieuse : les femmes préfèrent les barbus

Point G, clitoris, quel est le lieu pour atteindre l’orgasme ?

On en sait beaucoup plus sur le clitoris, notamment qu’il est plus étendu que la partie visible, le prépuce. Le clitoris s’étend jusqu’à la paroi intérieure du vagin. C’est ce qui serait décrit comme le point G et qui est extrêmement sensible. La stimulation clitoridienne, proprement dite, peut amener le plus souvent à un orgasme. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas avoir d’orgasme par le coït vaginal ou par une autre pratique sexuelle. Il faut qu’il y ait une bonne stimulation physique mais aussi psychique. La connexion entre le cerveau et le corps fait que les sensations, qu’elles soient vaginales, clitoridiennes ou autres, vont monter en vague jusqu’au point de plateau.

C’est un effort sur soi ?

Le besoin sexuel est, certes, instinctif mais l’apprentissage est important dans la sexualité. Il faut travailler la connaissance de son propre corps, de ce qui le stimule, de ce qui amène l’excitation, du côté onirique et des fantasmes aussi. A tout cela viennent s’ajouter l’abandon, la confiance que l’on porte à son partenaire, la complicité au sein du couple.

Un dernier conseil à nos lectrices ?

Ne pas se focaliser sur l’orgasme est le meilleur moyen de l’atteindre. Il faut suivre le cheminement d’une sexualité complice où l’on communique avec son partenaire. Soit lorsque les deux sont là à la recherche du bien-être du plaisir mutuel et réciproque. Le cheminement est tout aussi intéressant que l’aboutissement. Se focaliser sur la destination c’est perdre un peu le plaisir de voyager. Au contraire, plus on vit le moment présent, l’acte sexuel, comme un partage et un échange qui va amener du plaisir, plus facilement on va atteindre l’orgasme.