Asmaa El Arabi, la jeune humoriste marocaine qui fait le buzz

Sur les réseaux sociaux et sur son blog, la jeune Asmaa El Arabi utilise l’humour pour peindre un portrait plus vrai que nature de la société marocaine. Qui est-elle?

 

 

 

Polyglotte, drôle, branchée, cultivée… Asmaa El Arabi a tout pour devenir une grande humoriste. Sur le réseau Snapchat mais également à travers son blog «The Tberguig», la jeune fille originaire de Casablanca peint le portrait de la société marocaine. Dans ses snaps, en particulier, elle incarne des personnages-clichés comme une hôtesse de la Royal Air Maroc, une mère marocaine «un peu trop» fière de son fils, la domestique d’une famille aisée marocaine, la voyante qui s’est mise aux nouvelles technologies, etc. Et comme vous le vérifierez vous-même dans ses vidéos, Asmaa fait ces imitations à la perfection.
 

 

Le souhait d’une société marocaine «plus fluide»

 

 

A travers l’humour, celle qui a grandi au Maroc veut contribuer à sa manière à la construction d’une société marocaine «plus fluide». La jeune fille se dit d’ailleurs heureuse de voir naître un dialogue entre jeunesses dorée et populaire au travers de ses sketchs.

 

 

 

Ce qui compte le plus pour elle, c’est de donner une voix à tout le monde. Comme elle le confie au Nouvel Obs: «Toutes les classes sociales se croisent, se retrouvent par exemple au marché: il y a la femme de ménage, le gosse de riche qui accompagne sa mère, le gardien, il y a de tout. C’est impossible de l’ignorer, de passer à côté, et pourtant beaucoup le font. Je trouve ça dommage».

 

 

 

Mais Asmaa, ce n’est pas que de l’humour. Il suffit de se rendre sur son blog pour le voir. Elle y joue avec les mots, et en plusieurs langues: arabe, français, anglais et espagnol. D’où tire-t-elle cet amour du verbe. « Mon père était un grand mordu de littérature. On avait une énorme bibliothèque, et bon gré malgré, toujours un livre dans les mains ». Ainsi, sur The Tberguig, Asmaa raconte la société et les gens qui la composent. Le tout avec un sens du détail remarquable.

Lire aussi :  Rolex Awards : Sarah Toumi, la femme qui plantait des arbres

 

 

 

De nombreux fans et déjà plein de projets en tête

 

 

Aujourd’hui en école de commerce à Rouen, Asmaa arrive à concilier sa passion et les études. Sur Facebook, elle affiche près de 52.000 fans au compteur, en plus des 7.000 sur Instagram. Ses fans sont unanimes: Asmaa est une fille «originale», dotée d’un «incroyable sens de l’humour». Certains vont même jusqu’à décrire son style d’humour comme un croisement du style de Gad Elmaleh et celui de Hanane Elfadili.

 

 

 

Celle qui prépare actuellement son mémoire de fin d’étude compte continuer sur le chemin professionnel déjà emprunté: le conseil financier. Néanmoins, elle ne se voit pas non plus abandonner l’humour. «J’ai besoin d’un boulot à côté qui n’ait pas trop à voir avec l’écriture et les vidéos: ça me fait un point d’ancrage dans la société qui est nécessaire je pense.

 

 

Peut-être qu’un jour il faudra choisir, mais là ce n’est pas le moment », explique-t-elle au Nouvel Obs. en attendant, notre future star veut déjà reprendre «L’École des Mères», une série qu’elle a commencé en 2016 avec une société de production marocaine. En parallèle, elle travaille à l’écriture d’un spectacle mettant en scène ses personnages. Voilà qui promet!