Le shampoing sans sulfate est de plus en plus plébiscité pour sa douceur et pour sa formule respectueuse des cheveux et de la peau. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce bon élève de la salle de bains.

Depuis quelques années, suite aux interrogations légitimes des consommateurs sur la toxicité et la tolérance cutanée des produits de beauté, la tendance est aux cosmétiques « sans ». Sans paraben, sans silicone, sans parfum d’origine synthétique… Aujourd’hui, les ingrédients qu’un produit ne contient pas sont un argument de vente presque aussi important que ceux qu’il contient. Les sulfates font partie de ces composants régulièrement montrés du doigt. Mais à quoi servent-ils et dans quels cas vaut-il mieux utiliser un shampoing sans sulfate ?

Les sulfates font partie de la grande famille des tensioactifs. Ils sont utilisés en cosmétique pour leur pouvoir dégraissant, pour leur faculté à créer une mousse abondante et pour la sensation de propre qu’ils procurent une fois rincés. On les retrouve essentiellement dans les shampoings mais aussi dans d’autres produits lavants comme les nettoyants visage et les gels douche.

Il existe différents types de sulfates qui ont tous des propriétés et des modes de fonctionnement différents. Les plus communs – et aussi les plus décriés – sont le laureth sulfate de sodium (SLES) et le laurylsulfate de sodium (SLS). Le premier, qui est présent dans la majorité des shampoings conventionnels, est produit de façon synthétique. Le second, qui est d’origine végétale (la plupart du temps issu de l’huile de palme), est particulièrement répandu en cosmétique bio malgré de nombreuses controverses d’ordre écologique.

Comment reconnaître les sulfates ?

La présence de tensioactifs sulfatés dans un produit n’est pas visible à l’œil nu. Il faut donc apprendre à décrypter la composition de ses cosmétiques, shampoings en tête, pour déterminer s’ils en contiennent ou non. Dans la liste d’ingrédients (la fameuse liste INCI), certains noms doivent faire « « tilt » comme « sodium laureth sulfate », « sodium lauryl sulfate », « ammonium lauryl sulfate » ou encore « sodium myreth sulfate ».

Sulfates, pourquoi tant de haine ?

Les sulfates confèrent au shampoing son pouvoir lavant et lui permettent de produire la mousse abondante tant prisée par les consommateurs. Malgré leur efficacité, leur utilisation est critiquée depuis de nombreuses années car ils ne seraient pas très bons pour l’organisme. En effet, le SLS et le SLES sont reconnus comme des ingrédients particulièrement agressifs pour la peau et pour les muqueuses, et ce même à très petite dose. Le premier est même couramment utilisé comme irritant de référence pour les tests de tolérance cutanée. Tous les deux sont aussi soupçonnés, en traversant la peau, de polluer les organes et de pouvoir interférer avec le système endocrinien.

Pourquoi choisir un shampoing sans sulfate ?

A cause de leur action décapante, les sulfates sont accusés d’altérer la qualité des cheveux. En effet, le cuir chevelu répondrait à l’agression des sulfates en produisant plus du sébum, ce qui, à la longue, rendrait les racines plus grasses. Pire encore, selon certaines études, l’accumulation de ces tensioactifs sur le cuir chevelu favoriserait la chute des cheveux. Les longueurs ne seraient pas non plus épargnées : décapées par la mousse, elles perdraient en souplesse et deviendraient cassantes et ternes. Cette impression de cheveux « éteints » toucherait les cheveux naturels mais aussi les cheveux colorés, dont les pigments seraient en quelque sorte grignotés par les tensioactifs sulfatés.

Le shampoing sans sulfate, c’est pour qui ?

Le shampoing sans sulfate, respectueux des cheveux et de la peau, convient à tout le monde. Malgré les apparences (il ne produit pas ou peu de mousse), il nettoie aussi bien que les shampoings contenant du SLS ou du SLES. Grâce à sa douceur, il est même particulièrement recommandé pour les cheveux gras, les cheveux colorés et les cheveux ayant subi un traitement à la kératine comme le lissage brésilien. Le shampoing sans sulfate est aussi un produit de choix pour les enfants car il n’agresse pas leur peau fragile.