Depuis quelques semaines, l’actrice et influenceuse marocaine installée en Egypte s’attire les foudres des internautes après le partage de photos qui ne sont pas les siennes. Face à la polémique, la jeune femme s’explique enfin.

Pose lascive en pantalon noir, t-shirt et baskets ou encore en pyjama de soie rose une tasse de café à la main, au mois de mai dernier, la jeune marocaine Kenza Bouhlal a partagé deux photos en accompagnement de légendes où elle demande à ses abonnés comment se passe le mois de ramadan et le confinement. Si les clichés ont été appréciés par la majorité de ses followers en récoltant plus de 4 000 likes, des internautes ont soulevé un détail intriguant. Ces deux photos ressemblent en effet trait pour trait à celles postées par l’instagrameuse britannique Stéphanie Symonds quelques mois plus tôt. Mêmes vêtements, même décor, même pose… seul le visage change. Il n’y a donc aucun doute, Kenza Bouhlal a photoshoppé les clichés de Stéphanie en y mettant son visage.

View this post on Instagram

Kick back 👟 @rebelliousfashion #rebelgal

A post shared by Stephanie 🤍 (@stephsymondsx) on

 

 

Après avoir été mise au courant de l’usurpation de ses photos, la jeune britannique a crié au scandale : « Quelqu’un a photoshopé mon corps et a collé son visage sur mes propres photos… », a-t-elle clamé. Mais du côté de l’actrice marocaine, silence radio. Il y a quelques jours, elle s’est enfin décidé à parler et a affirmé, lors d’une interview accordée à la chaîne Télé Maroc, que son compte avait été piraté. « Mon compte a été piraté depuis un moment, j’ai déposé une plainte chez le procureur du Roi ». « Pour ce qui est de l’influenceuse impliquée, je l’ai contractée avec mon deuxième compte pour lui expliquer la situation. Je lui ai d’ailleurs envoyé la plainte que j’ai déposé, ainsi que toutes les preuves qui montrent que je n’ai pas accès à mon compte Instagram ». Mais apparemment, la britannique n’a pas souhaité répondre à la mise en cause.

Il semblerait en effet logique qu’après le tollé soulevé par cette affaire, Kenza Bouhlal décide de retirer ces photos. Or, celles-ci sont toujours visibles sur son compte Instagram. Mais d’un autre côté, plusieurs « vraies » photos de Kenza ont été postées entre les deux clichés incriminés. Alors, Kenza a-t-elle vraiment perdu l’accès à son compte comme elle le prétend ? Enfin, aux vues du bon travail réalisé avec Photoshop (le résultat est vraiment plus vrai que nature), l’actrice aurait normalement dû penser à retirer le prénom « Steph » visible sur le haut de pyjama… Alors, Kenza dit-elle vrai ? Affaire à suivre…