Des podiums aux intérieurs, le Shibori ne passe pas inaperçu. Cette technique de teinture japonaise, qui offre aux tissus ces incroyables motifs indigo, séduit pour son rendu aussi original qu’unique. A tel point qu’IKEA et Leroy Merlin en ont fait une figure phare de leurs collections capsules printanières respectives.

Mais concrètement, le Shibori, c’est quoi ? Littéralement, ce terme nippon signifie « tordre en serrant », et fait référence à une technique de teinture née au XIIIème siècle au Japon, devenue universelle. Le concept ? Réaliser des nœuds, torsions, pliages ou encore coutures sur le tissu, avant de le plonger dans un bain indigo. Une fois sorti de l’eau et les liens défaits, de surprenants motifs, géométriques, organiques et uniques, apparaissent. Ce savoir-faire, perfectionné siècle après siècle, offre aujourd’hui plusieurs façons d’aborder cet art ancestral afin d’obtenir des résultats plus complexes. Du tie and dye occidental aux tracés semblables à une toile d’araignée, les styles sont élaborés et variés.

Adopter la tendance Shibori chez soi

Évocateur des villages grecs et des maisons de bord de mer, le Shibori en bleu et blancs’accommode sans peine aux décors estivaux. Dans la chambre d’abord, où housses de couette et taies d’oreiller dépareillées habillent le lit d’une singularité simple et maîtrisée. Puis dans le salon, où un canapé en tissu sobre s’illumine en un clin d’œil une fois les coussins aux motifs géométriques joliment disposés. Enfin, place à la salle à manger et à la terrasse, lorsque nappe et serviettes viennent draper la table à l’heure du déjeuner.

Si le linge de maison est une valeur sûre, il n’est pas le seul à sublimer ce savoir-faire traditionnel. La vaisselle, notamment assiettes, bols et mugs, se pare elle aussi de ces délicats motifs irréguliers indigo. Associés à une nappe blanche et à des couverts dorés ou en bambou, l’été est immédiatement au rendez-vous.

Nappe Shibori par la créatrice israëlienne Ayelet Lontef © Aya Textile Craft Works

 

Inspirant et envoûtant, le Shibori invite aussi les designers des grandes enseignes déco à l’appréhender différemment. Chez IKEA, Akanksha Deo a imaginé pour la collection capsule Tänkvärd un abat-jour composé de bandes de tissu indigo se chevauchant et se balançant doucement au gré du vent. Chez Leroy Merlin, c’est une série de cache-pots grimpés sur supports filaires qui fait la part belle à cette technique multiséculaire.

Inspirant et envoûtant, le Shibori invite aussi les designers des grandes enseignes déco à l’appréhender différemment. Chez IKEA, Akanksha Deo a imaginé pour la collection capsule Tänkvärd un abat-jour composé de bandes de tissu indigo se chevauchant et se balançant doucement au gré du vent. Chez Leroy Merlin, c’est une série de cache-pots grimpés sur supports filaires qui fait la part belle à cette technique multiséculaire.

 

Abat-jour inspiré par le Shibori par Akanksha Deo pour la collection capsule TÄNKVÄRD © IKEA
Cache-pots de la collection capsule Shibori © Leroy Merlin

S’initier à la pratique du Shibori

Bonne nouvelle pour les aficionados de DIY, le Shibori est une technique à laquelle vous pouvez vous initier seuls ! Une règle primordiale tout de même avant de se lancer : utiliser uniquement des tissus en fibres naturelles et n’ayant subi aucun traitement.
Pour débuter, misez sur des petits morceaux de textile comme un torchon ou une housse de coussin. A la portée de tous, la technique du kanoko shibori, qui consiste à pincer le tissu à l’aide d’élastiques avant de le glisser dans le bain d’indigo, sera parfaite pour une première expérience. Notez que plusieurs bains sont nécessaires si vous souhaitez obtenir une couleur foncée.

Une fois le tissu teint, il ne reste qu’à le rincer, à défaire les liens puis à le suspendre pendant 12 heures. Un dernier rinçage à la main avec une noisette de lessive et voilà votre création terminée !

Utilisation d’un bain d’indigo pour réaliser les motifs du Shibori © Leroy Merlin
Plusieurs techniques sont utilisées pour créer des motifs différents © Tissus Flextiles