La police judiciaire de la préfecture de Casablanca a arrêté ce mercredi 13 février la femme d’affaires Hind El Achchabi. Celle-ci est accusée d’avoir émis un chèque sans provision d’une valeur de 42 millions de dirhams.

 

Lire aussi: Hind el Achchabi : « ma séparation avec mes enfants a été terrible »

Selon des sources bien informées qui ont confirmé l’information à H24info, la femme d’affaires marocaine est actuellement dans les locaux de la police judiciaire du district d’Anfa. En effet, Hind El Achchabi est sujette à une plainte déposée par une supposée victime «d’une arnaque organisée par la famille Achchabi». Il s’agirait, selon nos sources, de Hind et son père, qui est actuellement poursuivi dans une affaire de chèque sans provision à hauteur de 10 millions DH, comme le rappelle nos confrères de Hibapress.

Lire aussi: Hind El Achchabi s’exprime sur les réseaux sociaux pour la première fois depuis sa sortie de prison

Selon nos sources, Hind El Achchabi est accusée d’avoir donné à sa victime un chèque de 42 millions de dirhams sans provision. Le chèque appartient à l’ancien époux de Hind El Achchabi, Mohsine Karim Bennani, mais on ne sait pas pour le moment s’il est au courant de cette affaire et s’il a donné son accord pour ce chèque. Si ce n’est pas le cas, la femme d’affaires pourrait être poursuivie pour faux et usage de faux.

En 2016, Hind El Achchabi, dirigeante du groupe Dalia, et Mohsine Karim-Bennani, homme d’affaires, ont été dénoncés par son ex-mari koweïtien et ont été détenu à la prison de Salé. Elle aurait également tenté, le 2 juillet 2016, de quitter le Maroc. La plainte ayant été déposée, elle a été bloquée aux frontières.

Très connue dans le milieu des affaires et de la jet-set, Hind El Achchabi, ancienne hôtesse de l’air, était mariée à un Saoudien, Ahmed Al Saad, avant de divorcer et de se marier avec Sadiq Marafi. La compagnie groupe Dalia compte trois avions Embraer, deux Legacy 600 et un Lineage 1000 de dix-neuf places.

Après sa sortie de prison le 10 août, Hind El Achchabi, présidente de la compagnie aérienne Dalia Air Développement et ex-épouse de l’ambassadeur du Koweït à Vienne, avait décidé de poursuivre son ex-mari en justice pour fausses accusations.