Salma Bencharki, épouse d’Abderrahim Moutaharrik emprisonné pour terrorisme depuis 2016, a été expulsée d’Italie et renvoyée au Maroc mercredi 21 août dernier, sous ordre du Président de la république italienne, Sergio Mattarella. 

Selon le média italien Lecco Today, la femme de 29 ans a été escortée hier à Casablanca par les agents de la police de Lecco, faisant suite à l’ordre de renvoi pour des raisons de sécurité de l’État, signé par le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini et accepté par le chef d’Etat italien.

Carlo Ambrogio Enrico Mazza, Domenico Nera, respectivement directeur adjoint et directeur de la police de Lecco, et Rosario Torrisi, commissaire de l’Office de l’immigration ont insisté sur le fait que la femme du surnommé « boxeur de DAECH » représentait « un danger pour le pays ». « Pour cette raison, nous avons toujours suivi ses mouvements et nous nous sommes efforcés d’arriver à la signature de la disposition par le Président Sergio Mattarella », poursuivent-ils auprès de nos confrères italiens.

Dans le cadre de l’opération anti-terroriste « Terre vaste », Abderrahim Moutaharrik et Salma Bencharki avaient été condamnées pour terrorisme en 2016 à des peines de prison respectives de six ans et 3 ans et 4 mois. En résidence surveillée depuis février dernier, la jeune femme avait récemment fini de purger sa peine. Moutaharrik, quant à lui, restera dans la prison de Sassari jusqu’au 27 avril 2022, à la suite de quoi il sera également conduit à la frontière, précise le site italien.Dans cette affaire, Moutaharrik a également été destitué de sa nationalité italienne, faisant de lui le premier cas analysé sur la base du contenu du nouveau « décret sécurité » approuvé par le parlement italien en novembre 2018 et prévoyant la possibilité de prendre cette mesure de révocation. Les deux enfants du couple ont été confiés aux services sociaux de la municipalité de Valmadrera et aux grands-parents paternels.