Après plusieurs mois de procès, le Tribunal de première instance de Meknès a rendu son verdict dans l’affaire de la femme qui avait épousé deux hommes.

L’affaire avait fait un tollé. Une institutrice avait été arrêtée en début d’année pour s’être mariée une deuxième fois sans avoir divorcé au préalable de son premier conjoint. La Cour de Meknès vient de la condamner à deux ans de prison ferme en plus de verser une somme de 100.000 dirhams à son premier époux, rapporte Al Akhbar dans sa livraison du mercredi 3 juillet.

Son premier époux, originaire de Kénitra, avait été condamné à de la prison pendant six longues années. A sa libération, l’homme découvre que son épouse légitime s’était remariée «légalement», avec en plus, un acte de mariage authentique. Pire, elle était la maman d’un enfant âgé d’un an, fruit de son second mariage.

La condamnée dans cette affaire s’était mariée la première fois le 15 juillet 2013 avant de demander le divorce le 30 décembre 2017 sans que son mari, alors emprisonné, ne soit averti. L’acte de son deuxième mariage avait été établi le 31 août 2017.