Pour parfaire les panoplies des supportrices de la Coupe du monde féminine de football, les enseignes mode courent après le ballon rond. Toutes réinterprètent le maillot de foot, meilleur joueur du vestiaire sportif.

Si le match d’ouverture de l’équipe de France contre la Corée du Sud a réuni près de 10 millions de Français devant leur télévision le 7 juin, le Mondial de football féminin n’a pas attendu de battre des records d’audience pour susciter l’intérêt des marques. Leur point commun ? Le maillot. Toutes ont choisi d’aborder le vêtement sportif par excellence pour soutenir l’événement qui se déroule en France, la cause des femmes, les Bleues ou les trois à la fois.

Fédération

Plus que tout autre uniforme, le maillot de foot est un véritable objet de fascination. Il possède un design « officiel », change au gré des époques et des sponsors, fait l’objet de commentaires virulents à chacune de ses transformations tant il est intimement lié à son équipe. En France, le maillot bleu arrivé sur les terrains après la seconde guerre mondiale aurait donné son célèbre surnom à l’équipe. Porteur de valeurs il renferme aussi le souvenir d’une époque, celle d’une victoire grâce aux étoiles brodées sur les modèles des détenteurs du titre de champion du monde, et n’échappe donc pas à la vague de la mode rétro. En témoignent les maillots en édition limitée pour la Coupe du monde féminine de football UMBRO x Macon&Lesquoy au design inspiré de modèles vintage. Nostalgique et affectif, l’habit réglementaire fédère, au-delà des cercles sportifs.

umbro-macon-lesquoy

Aux couleurs de la mode

Jamais sur le banc de touche quand il s’agit d’agiter les symboles, le monde de la mode épouse celui du ballon rond depuis quelques années. Le maillot Gosha Rubchinsky avec Adidas à l’automne-hiver 2017-2018, celui de Christelle Kocher en collaboration avec le PSG au printemps-été 2018, ceux du label Vetements de Football qui se retrouvent griffés des plus grandes marques de luxe… on ne compte plus les exemples d’appropriation. Pour la Coupe du monde féminine de football c’est Nike, équipementier officiel, qui étoffe son offre de maillots de modèles signés par les designers ultra pointus Yoon Ahn, Erin Magee, Marine Serre et Christelle Kocher. Aux premières loges quand il s’agit de parler foot, cette dernière prend part à une initiative similaire avec son label Koché, chez La Redoute cette fois, aux côtés de Balzac Paris et Maison Château Rouge. Le maillot de foot, un top tendance comme les autres ?

la-redoute-maison-chateau-rouge

Sous le maillot, des femmes

Pas tout à fait. En ce qui concerne les initiatives autour du Mondial féminin, le maillot reste un vêtement chargé de sens. Chez Etam, l’opération #souslemaillot se manifeste sous la forme d’un t-shirt imprimé dont les bénéfices seront reversés à la fondation Alice Milliat qui lutte pour la place des femmes dans la société. Même combat chez La Redoute qui promet 10% des bénéfices des ventes de ses t-shirts à l’association Sofia qui accompagne les femmes victimes de violence conjugale. Dans sa réflexion autour du maillot pour sa collaboration avec Nike, Christelle Kocher prône le détournement « J’ai voulu proposer une robe parce que c’était déjà une façon de rendre ce maillot de foot plus féminin et de donner un certain pouvoir à la femme. » a-t-elle déclaré à l’Equipe. Raison de plus pour porter fièrement les couleurs des Bleues.