Il ne répond pas à vos appels, vous a supprimée de Facebook et vos textos aussi restent sans réponse. Cette façon de vous faire comprendre qu’il ne veut plus de vous a désormais un nom : le ghosting. Zoom sur un phénomène numérique de plus en plus fréquent.

Disparaître pour quitter quelqu’un. Jusqu’ici rien de bien neuf au pays des séparations, sauf que ce qui n’était qu’une façon de rompre parmi les autres est en train de devenir une vraie tendance appelée “ghosting”, ou l’art de faire le fantôme.
A l’ère de l’ultra-connectivité, le fait de disparaître du jour au lendemain devient de plus en fréquent. Il est très simple de bloquer et de rayer une personne de son univers numérique. Même si, ne nous méprenons pas, le monde n’a pas attendu l’apparition des Tinder et autres applications de rencontres express pour “ghoster”. On appelait seulement ça “prendre la tangente“ou “filer en douce”. Cette façon de rompre a fait l’objet d’une étude menée par YouGov et le Huffington Post en octobre dernier aux Etats-Unis. Sur 1000 personnes sondées, 11% ont avoué avoir déjà “ghosté” leur partenaire.

Pourquoi jouer à Casper ?

Des raisons de faire le fantôme, il y en a beaucoup : un manque d’intérêt pour l’autre, la peur du conflit, ou tout simplement la hantise d’être confronté à la souffrance de la personne que l’on quitte, de voir l’effet de notre décision sur celle-ci.
Nous sommes toutes tombées sur ce garçon pas désagréable à regarder, drôle et assez fin, qui nous avait caché son côté geek… et sa mère, chez qui il vivait encore. Au secours ! Dans certains cas, la tentation de “ghoster ” se veut ardente.
De même, si comme Charlize Theron, votre soupçonnez votre chéri de vous tromper avec une cascadeuse (bien moins belle que vous, soit dit en passant), difficile de ne pas faire comme la comédienne qui, d’après les rumeurs, aurait tout simplement arrêté de répondre aux messages de Sean Penn. Ce n’est pas l’attitude la plus courageuse qui soit, mais parfois les circonstances nous narguent et nous n’avons qu’une seule une envie : disparaître sans laisser de trace. Tellement plus facile, certes… mais aussi terriblement plus frustant pour l’autre.
Amis/es ghosteurs/euses, trêve de pratique ectoplasmique : si une relation ne vous convient pas, la meilleure solution reste de le dire clairement. Arrêtez de jouer à cache-cache. Et si vraiment vous n’y parvenez pas et qu’être un goujat ne vous dérange pas, il reste toujours Binder, l’appli qui largue à votre place.