Un enfant qui dort bien, c’est un enfant qui réussit mieux à l’école

Crises de colère, hyperactivité, problèmes d’attention… Les troubles du sommeil et les difficultés d’endormissement avant 5 ans ont des répercussions sur les résultats scolaires, confirme une récente étude australienne.

 

 

Le sommeil a une grande influence sur la réussite scolaire des enfants, selon une récente étude australienne publiée dans le British Journal of Education Psychology. Les chercheurs ont en effet mis en évidence qu’il est important qu’un enfant ait de bons rythmes de sommeil avant ses cinq ans afin d’encourager sa réussite scolaire ultérieure.

 

 

 

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi 2 880 enfants australiens de la naissance à leur sixième ou septième anniversaire. A trois reprises entre la naissance et les cinq ans de l’enfant, la maman devait faire état des cycles de sommeil et des problèmes d’endormissement de son bambin.

 

 

 

Elle devait également noter s’il était apte à autoréguler son attention ainsi que ses émotions, et à se rendormir seul. Les professeurs ont eux aussi participé à l’étude en évaluant l’adaptation sociale et émotionnelle des enfants à l’école entre six et sept ans.

 

 

 

Une moins bonne adaptation scolaire. S’il apparaît que 69% des enfants parvenaient à réguler leur sommeil à cinq ans, ils étaient tout de même 31% à souffrir de troubles du sommeil de la naissance à leur cinquième anniversaire et à ne pas réussir à trouver le sommeil seuls. Selon les dires des instituteurs, ces enfants sont également moins bien adaptés au système scolaire du fait de la répétition de leurs crises de colère ou de larmes, de leur hyperactivité et de leurs faibles capacités sociales et d’autorégulation.

Lire aussi :  L’école belge ouvre sa 1ère crèche-maternelle au cœur de Casablanca

 

 

 

 

Le Dr Kate Williams, qui a mené l’étude, s’est dite étonnée qu’autant de bambins aient des troubles du comportement. Elle estime ainsi “qu’il est indispensable de maîtriser les comportements de repos des enfants avant leurs cinq ans” car le cas échéant, ces bambins “courent les risques d’une moins bonne adaptation scolaire”.

 

 

 

Cependant, “les troubles du sommeil peuvent être résolus bien avant que l’enfant n’aille à l’école primaire à condition que les parents et ses encadrants en soient conscients et soutiennent l’enfant”, assure le Dr Williams. Celle-ci conseille notamment aux parents d’arrêter de s’allonger avec l’enfant ou de le laisser venir dans leur lit. Il ne faut également pas hésiter à prendre rendez-vous avec un pédiatre.