« Je ne comprend pas, mon enfant n’arrête pas de parler de l’école et des potins qui y circulent », « mon enfant ne veut plus aller à l’école, ses notes baissent considérablement », « mon enfant s’isole, il ne veut plus nous parler », « mon enfant a peur de l’école »… autant de témoignages résument parfaitement ce qu’un enfant harcelé peut envoyer comme messages  à ses parents. Sarah Baakouk Benkirane, psychologue clinicienne installée à Casablanca livre les outils et astuces pour identifier le harcèlement de son enfant en milieu scolaire et des conseils pour l’aider à le dépasser. 

Le harcèlement qu’est ce que c’est ?

Le harcèlement est une combinaison de trois points, la violence, la répétition et l’isolement.

La violence :

  • La violence physique se manifeste par : des coups, des bagarres organisées, des vols, des dégradations d’objets personnels, des bousculades …
  • La violence morale se manifeste par : des insultes, des humiliations, des fausses rumeurs, des menaces, des discriminations…
  • La violence sexuelle se manifeste par : des paroles dévalorisantes, des attouchements, du chantage, des tentatives de viols …
  • La violence cybernétique se manifeste par : des vidéos ou photos modifiées, des messages humiliants, des menaces que l’on met sur les réseaux sociaux

La répétition :

On ne peut parler de harcèlement que lorsqu’il y a répétition, c’est-à-dire des actes ou paroles qui se répètent dans le temps.

L’isolement :

En général, les victimes sont seules face à leurs harceleurs et aux témoins qui nourrissent tout ce processus. Ce sont des personnes qui ont des difficultés à se défendre, elles sont plus vulnérables dans la cour de récréation ou en classe et subissent les moqueries de leurs camarades.

Quelles sont les conséquences du harcèlement ?

Au-delà du mal être que l’enfant peut ressentir pendant qu’il se fait harceler c’est-à-dire, tristesse, peur, angoisse, isolement…, il y a les traces de cette souffrance qui peuvent apparaître  à l’âge adulte, phobie sociale résultant d’une phobie scolaire, problèmes relationnels (professionnels ou affectifs), risques suicidaires,…

Que faire ?

  • Soyez attentif aux signaux que peut vous envoyer votre enfant, trop parler ou au contraire pas assez, l’évitement de l’école, la chute des notes,…

 

  • Sensibilisez les instituteurs de vos enfants, si l’un deux est le premier de la classe et qu’il se fait embêter parce qu’il participe en cours, l’enseignant pourrait encourager ce geste et au contraire pénaliser les élèves qui se moquent, afin que la participation soit la référence…

 

  • Communiquez avec vos enfants. S’ils vous font confiance, ils viendront vers vous au moindre petit souci. Prenez le temps de discuter avec eux: de ce qu’ils ont appris en classe, de l’ambiance à l’école, de ses amis… « Comment te sens tu à l’école? Aimes tu tes camarades de classe? Est ce que tu prends du plaisir à apprendre de nouvelles choses à l’école? »

 

  • Ne réagissez pas avec impulsivité en allant voir les élèves qui harcèlent votre enfant, essayez d’en discuter avec leurs parents, à la direction de l’école et essayez de trouver une solution pacifiste.

Sarah Baakouk Benkirane est psychologue clinicienne et ethno-psychologue, installée à Casablanca. Cela fait quelques années qu’elle intervient en milieu scolaire. Intéressée par les problématiques scolaires et familiales, elle abordera un sujet sociétal toutes les semaines. 

Contact:0662043969