« Je n’arrive plus à gérer mon enfant, il ne m’écoute pas », « quoi que je prépare à manger mon enfant s’y refuse » « c’est mon enfant qui fait la loi à la maison » « je ne peux pas le sortir avec moi sans qu’il ne fasse un caprice », ces discours vous sont peut être familiers. Éduquer son enfant n’est pas de tout repos ! Sarah Baakouk Benkirane, psychologue clinicienne installée à Casablanca livre sa réflexion sur l’importance de fixer des limites avec son enfant.

Plusieurs spécialistes se sont accordés pour dire que les bases éducatives d’un enfant s’acquièrent durant les cinq premières années de vie. En effet, c’est à ce moment que l’enfant développe ses capacités d’apprentissages, de découverte, de vivre ensemble, de respect de l’autre, de discipline, de limites, d’autonomie… que son identité se construit. Il est important de bien accompagner son enfant durant cette période. Les parents étant « le modèle », ils se doivent de donner l’exemple.

J’ai entendu des parents dire « ce n’est pas grave il est encore petit, il a le temps d’apprendre » « pas besoin d’aller à la crèche, de toutes les manières ils n’y apprennent rien »,… Comme dit plus haut les premières années de vie sont les plus importantes dans le développement de la personnalité de l’enfant et donc du futur adulte.

Qu’est ce qu’une limite ?

Une limite est une sorte de barrière psychologique mise en place par la société, les us et coutumes, les parents. Nous sommes tous tenus de respecter les règles, les interdits, toutefois il reste une part de flou.

L’éducation suit ce modèle sociétal, mais chaque foyer a ses règles, ses interdits, ses punitions et ce qui est toléré. Vous serez peut être très strictes concernant sa manière de se tenir mais plus flexible pour ses choix vestimentaires.

« Le repas peut être varié mon enfant refuse de manger », le comportement de certains parents sera d’insister auprès de l’enfant, de se démener pour lui trouver autre chose. Que se passerait-il si l’enfant ne mangeait pas ? Se laisserait-il mourir de faim ? Oh ! Que non. Pensez à laisser à proximité de votre enfant une corbeille de fruits, des biscuits, afin qu’il puisse trouver de quoi grignoter lorsqu’il aura faim.

« Il crie tellement que je cède à tous ses caprices »

il est vrai que face à une telle situation, la solution de facilité serait de céder. Attention! L’enfant est en train de vous éprouver, de tester vos limites et de voir jusqu’où il peut aller. S’il se rend compte qu’en pleurant il obtient ce qu’il veut, il continuera. Si face à cette crise, on fait le choix soit de détourner son attention, soit de l’envoyer dans sa chambre tout en lui expliquant les raisons du non et de la punition, comment pensez vous que l’enfant réagirait ?

Lire aussi: L’avis du psy: comment améliorer l’estime de soi de son enfant ?

Les enfants ont tendance à remarquer que notre comportement change en présence de tiers : les grands parents, les passants, les clients d’un magasin ou l’on serait,… résultat ils profitent de cette vulnérabilité pour monter d’un cran dans leurs caprices. Quelle que soit la situation, concentrez vous sur votre objectif NE PAS CÉDER.

Que se passe-t-il quand il n’y a pas de limites ?

Faire une crise dans un magasin et obtenir ce que l’on veut à 5 ans, peut se traduire différemment à l’âge adulte, ne pas pouvoir accepter les frustrations, vivre au dessus de ses moyens, avoir l’impression que tout nous est dû, être au dessus des lois,…

Lire aussi: L’avis du psy: quel impact la “hchouma” a sur nos vies?

Le réel problème avec le manque de limite est l’incapacité de l’adulte plus tard à faire face aux frustrations. Ne pas apprendre que l’on ne peut pas tout avoir, et surtout pas à l’instant où on le demande, faire passer son plaisir avant celui des autres, ne pas respecter les limites, feront peut être de cet adulte, une personne égoïste, ayant des difficultés à s’insérer en société (avoir un patron, respecter les règles et horaires du travail, avoir des relations stables,…).

Contact:0662043969