En 2019, nous avons décidé d’interroger des femmes, comme vous, comme moi, afin qu’elles nous racontent leur dernier rapport sexuel. Pour Oriane, 35 ans, c’était avec son mari, cela ressemblait presque à des retrouvailles. Et ça s’est passé comme ça…

C’était le lundi 21 janvier avec mon compagnon, en début soirée. Juste avant la série Infidèle sur TF1, je m’en souviens très bien. Notre fille de deux ans était au lit. On a profité d’une douche tous les deux, puis on s’est installé sur le canapé pour dîner notre couscous, pris à emporter quelques heures plus tôt, le tout avec un petit verre de vin. Bref, une ambiance propice à la détente, presque programmée, parce qu’après le marathon des fêtes, on avait besoin – et surtout envie – de se retrouver.

L’appétit vient en mangeant, j’en ai fait mon mantra

On a donc fini par faire l’amour sur le canapé, au moins notre fille ne nous entend pas. D’abord, nous étions allongés l’un sur l’autre, puis je me suis assise sur ses genoux, en le chevauchant. Ça n’a pas duré longtemps, c’était fou et fugace, presque haletant, on attendait ce moment depuis un mois. Mais c’était super bon de le sentir en moi. Super bon de se reconnecter sexuellement. Le plaisir était au rendez-vous. J’ai joui, comme souvent avec mon mec. Nous sommes très complices au lit, on se connait par cœur et on connait le chemin. Si on ne veut pas jouir trop vite, à nous de ralentir, de faire des détours. Ce soir-là, on n’en a pas fait. Trop de hâte.

J’ai tendance à croire que le ralentissement du rythme sexuel n’est pas un problème du tout. Enfin pour nous, il ne l’est pas. Même si, d’accord, moins je fais l’amour, moins j’ai envie de faire l’amour, le fait de ne pas ressentir de désir fou au fond du ventre ne m’empêche pas de provoquer les rapports sexuels. L’appétit vient en mangeant, finalement. Je sais qu’une fois le câlin sur le canapé, la tension monte.

Netflix s’est incrusté entre nous

On fait moins l’amour qu’à nos débuts (cinq ans maintenant que nous sommes ensemble) mais la différence n’est pas flagrante. Il faut dire que mon mec est restaurateur. Il est très occupé et n’a pas toutes ses soirées, loin de là. Et puis, nous avons une petite fille… et Netflix.

Généralement, nous regardons ensemble des séries, hyper concentrés, si bien que le sexe ne trouve pas de place. Disons que dans ces moments-là,, on ne lui en fait aucune. Soit mon mec regarde ses séries préférées et je monte me coucher. Parfois, ça me convient bien. Quand je suis crevée, le fait que Netflix fasse barrage est plus simple que d’avouer que j’ai une grosse flemme de faire l’amour. On est assez fatigué, on a tendance à privilégier le repos, le calme et le sommeil.

Les rapports sexuels, on les prévoit un peu

Je ne cherche pas à « organiser » le rapport, mais nous avons l’habitude, ou plutôt le réflexe, de prévoir le moment afin de nous dégager du temps et nous mettre dans de bonnes dispositions. Quand le quotidien est chargé, je trouve ça important d’y penser et de sauter sur les occasions. Sinon, on ne ferait pas souvent l’amour. Je veux dire que j’ai besoin d’aller chercher « le sexe » et de ne pas attendre qu’il vienne à nous car les journées passent à une vitesse folle, nos agendas se remplissent non-stop et la fatigue peut vite prendre le dessus. De toute façon, ma grand-mère m’a toujours dit que le couple, c’était du boulot, et je veux bien la croise !

Le 21 décembre, j’ai dit à mon mec, dès le matin : ce soir, on se fait une petite soirée ? On sait tous les deux ce que ça veut dire. Ça veut dire qu’on évite Netflix, la télé ou les sorties. Sinon on dit : ce soir, on se fait GOT ?

Savoir dès le matin que nous avons réservé notre soirée pour passer quatre heures ensemble est assez excitant. Je me projette, c’est à la fois romantique et érotique. J’ai la pêche toute la journée et une fois le moment venu, c’est un délice. Le fait d’y penser, de l’envisager et d’en rêver est à mes yeux une bonne chose. Je dirais même que c’est un moteur. J’aime tout autant le sexe par surprise que le sexe que l’on fantasme plusieurs heures avant. Je vais donc m’empresser de songer au prochain… Voilà, c’était mon dernier rapport sexuel.