Chaque mois, la rédaction répond à une question de lectrice postée sur notre page Facebook. Juridique, perso, pratique, psycho, à vos claviers !

 

 

 

Bien que l’on laisse cette interrogation informulée, souvent par honte, les célibataires du Monde entier se posent cette question, envahis par ce tourbillon de cœurs rouges et autres pratiques commerciales d’usage à l’approche du 14 février. Plutôt que de se laisser submerger par un spleen toxique et de chercher une échappatoire dans un discours revanchard type « c’est une fête commerciale, je m’en fous », mieux vaut embrasser la tradition des couples et en profiter pour s’offrir, à soi-même, une très belle soirée. 

 

 

 

Seul(e), et alors ? Transposez la notion d’amour à l’amitié, ce « sentiment d’affection entre deux personnes, sympathie d’une personne témoigne à une autre, gentillesse manifestée dans les relations sociales, bonne entente et collaboration » d’après le très sérieux Larousse, et organisez-vous un dîner entre amis. Retrouvez-vous autour d’une bonne table pour rire ensemble et célébrer votre chance d’être lié à des êtres avec qui vous partagez des affinités.

 

 

 

Car, le célibat en soi n’est pas un problème, c’est la solitude qui incarne un vrai écueil le soir de la Saint-Valentin. L’image d’une soirée seul(e) devant son écran à se goinfrer nerveusement n’est pas une fatalité.

 

 

 

Si vos amis sont tous en couple, pensez à vous faire du bien, en passant une soirée insolite. Par exemple, allez danser la salsa, pour faire swinguer Cupidon, ou encore sautez sur l’occasion pour transpirer et rentrer chez vous pleine d’endorphines en participant à un des nombreux événements sportifs organisés à cette période. Enfin, car la Saint-Valentin est souvent méprise pour une simple fête des amoureux, élargissez-la à l’Amour et passez une belle soirée en famille pour vous rappeler que non, vous n’êtes en fait jamais seul(e).