En ce début d’année, on met le doigt sur 10 vrai/faux autour de la jouissance.

L’orgasme, du grec “bouillonner d’ardeur”, est la réponse physiologique qui survient au maximum de la phase d’excitation sexuelle. Il est souvent synonyme de jouissance extrême et on peut joliment l’appeler “la petite mort”. Il libère deux protéines neurologiques, l’ocytocine et la prolactine, qui provoquent une profonde sensation de bien-être.
Si la définition précise de l’orgasme est encore assez floue (la revue scientifique “Clinical Psychology Review” en recense 26 différentes), et que les sensations physiologiques éprouvées varient d’un individu à l’autre, les recherches tendent à s’accorder sur au moins deux points : l’orgasme procure une sensation de plaisir intense et cette sensation n’est pas limitée à une localisation précise, mais affecte l’ensemble du corps.

Le but du sexe est d’atteindre l’orgasme
Faux. L’orgasme n’est pas un but en soi. Ce qui compte, c’est surtout l’instant. On peut très bien prendre son pied sans pour autant avoir un orgasme ! Et c’est aussi ça, la magie de l’amour.

Il existe 2 types de filles : les vaginales et les clitoridiennes
Faux. 
Toutes les filles peuvent ressentir ces deux types d’orgasme. L’orgasme clitoridien est plus identifiable, car il est court, très facile à déclencher et provoque entre autre des spasmes. L’orgasme vaginal lui, est plus long et surtout plus diffus, c’est pourquoi il provoque cette sensation de “raz-de-marée”.

Un orgasme dit clitoridien est inférieur à un orgasme dit vaginal
Faux. Non, non et non ! La sensation est simplement différente. Par ailleurs, certaines femmes préfèrent l’orgasmeclitoridien, d’autres l’orgasme vaginal et vice versa.

L’orgasme peut guérir le hoquet
Vrai. La masturbation est recommandée en cas de hoquet tenace. Testé et approuvé.

Les femmes jouissent moins facilement que les hommes
Faux. Non, non et non, encore une fois. Les femmes peuvent jouir autant que les hommes. C’est la sexualité des femmes, plus souvent taboue et moins connue que celle des hommes, qui mène en grande partie à ce mythe. Par ailleurs, certaines gagneraient aussi à découvrir leur corps et certains à découvrir le fonctionnement du corps de la femme… On dit ça comme ça.

Il existe 4 types d’orgasmes différents
Vrai. Le clitoridien, c’est un peu la star des orgasmes, le plus connu. Le vaginal lui, est plus mystérieux et moins facile à approcher. Avec le double orgasme, à la fois clitoridien ET vaginal, vous gagnez le gros lot (chanceuses !). Enfin, avec l’orgasme multiple, vous atteignez le septième ciel plusieurs fois d’affilée.

Si la femme n’atteint pas l’orgasme, c’est de la faute de son partenaire
Faux. Bien que votre partenaire puisse vous faire atteindre l’orgasme de diverses façon (ou pas), c’est aussi à la femme de dire ce qu’elle aime et ce qu’elle n’aime pas au lit. On ne le répétera jamais assez : la communication est essentielle dans la sexualité d’un couple.

Les femmes qui se masturbent souvent ont plus de chance de grimper aux rideaux avec leur homme
Vrai. Les femmes qui ont pris l’habitude de se masturber jusqu’à l’orgasme ont plus de chances de parvenir à l’orgasme après avec leur partenaire. C’est aussi un moyen de mieux connaître nos besoins sexuels et la manière de les satisfaire.  

L’orgasme, un billet vers le bonheur ?
Vrai. Lors de l’orgasme, notre cerveau sécrète de l’endorphine, une molécule responsable de la sensation de plaisir et de détente.

L’orgasme réduit les risques du cancer du sein

Vrai. L’orgasme est réellement bénéfique pour notre santé : en plus de sécréter la “molécule du bonheur”, il libère également une hormone spéciale : l’ocytocine, qui réduit de manière considérable les risques de cancer du sein.