Le tampon, un ennemi intime?

Il y a quelques mois en France, le Pr Gérard Lina avait lancé une initiative inédite : collecter des tampons usagés dans le but d’étudier le syndrome du choc toxique. A l’occasion de la diffusion d’un documentaire “Tampon, notre ennemi intime” ce mardi sur France 5 dans l’émission “Le Monde en Face”, le chercheur fait le point sur ses premiers résultats.

Le choc toxique est un accident rare mais peut-être sous évalué

L’affaire du mannequin amputée  après un grave choc toxique provoqué par le port d’un tampon a marqué beaucoup de femmes. Néanmoins, il faut relativiser. Ces cas sont exceptionnels : 19 cas en 2016, et pour l’heure, 4 cas en 2017.

 

En fait, ce qui interpelle les chercheurs, c’est que le nombre de cas a beaucoup progressé ces dernières années. En 2004 par exemple, 5 cas seulement avaient été notifiés. En outre, comme le précise Gérard Lina, il est possible que le nombre réel de chocs toxiques soit sous-évalué.

 

 

 

“Nous disposons des chiffres déclarés, précise-t-il. Mais dans 80 % des cas, ils sont déclarés après que des femmes aient été hospitalisées en réanimation. Ce sont donc les cas les plus sévères, qui parfois récidivent après d’autres chocs toxiques de moindre intensité, donc peut-être passés inaperçus.”

C’est la mauvaise utilisation des tampons qui pose problème

Pour l’heure, plusieurs hypothèses sont étudiées pour expliquer ces accidents liés au port des protections périodiques. La première, c’est que la composition du tampon pourrait favoriser la multiplication des staphylocoques, donc la production de toxines qui favorisent le SCT.

 

 

 

 

“Les analyses que nous menons actuellement tendent à éliminer cette hypothèse”, annonce Gérard Lina. En somme, selon le chercheur, la composition des tampons serait hors de cause et en tout cas, il n’y aurait pas un type de tampon particulier plus à risque qu’un autre.

 

 

 

 

Ce qui semble se confirmer de façon certaine en revanche, c’est qu’une mauvaise utilisation des tampons comporte des risques. “Les précautions d’utilisation ne sont pas suffisamment respectées, observe le chercheur.

 

 

 

Dans la notice, il est indiqué qu’il faut le garder moins de 8 h, mais il est probable que les chocs toxiques puissent survenir avant ce délai. C’est donc probablement trop long. Il faudrait l’abaisser à 6 h et surtout faire passer le message de ne pas porter de tampon pendant toute une nuit.” Par ailleurs, il semble que l’absorbance du tampon soit insuffisamment prise en compte.

 

 

“Les tampons hyper absorbants sont mal tolérés et ont tendance à altérer la muqueuse, donc il semble inapproprié de les porter quand le flux des règles est moindre, notamment au début des règles. A l’inverse, les tampons les moins absorbants ne sont pas adéquat non plus lorsque les flux sont importants : un tampon trop imbibé favorise la multiplication des bactéries, donc la production de toxines.”

 

 

Conclusion du chercheur :  il faut sans doute mieux informer et éduquer les femmes à l’utilisation des tampons, mais aussi des coupes menstruelles, qui peuvent elles aussi provoquer des infections si les règles d’hygiène ne sont pas respectées.

Toutes les femmes ne font pas de chocs toxiques

L’hypothèse des chercheurs, c’est qu’il doit exister des bactéries présentes naturellement dans la flore vaginale qui augmentent le risque de choc toxique. “Jusqu’à présent, on pensait que 4 % des femmes étaient à risque, mais il semble qu’elles soient en réalité 30 %” précise Gérard Lina. L’étape suivante, c’est de préciser quel type de microbiote est associé à un risque plus élevé de multiplication des staphylocoques. Cela pourrait ouvrir la voie à des tampons contenant des probiotiques. même si pour l’instant il n’y a pas eu d’essai concluant. Il faut donc aller plus loin pour préciser le microbiote, il y a peut-être plusieurs bactéries responsables,”