Vous vous sentez exténuée, nauséeuse, irritable. Votre poitrine tire. Vous avez beau, calendrier à l’appui, compter et recompter les jours, votre cycle irrégulier semble vous indiquer que vous vous apprêtez à recevoir le plus beau cadeau du monde: un bébé ! Mais très vite, l’excitation et l’euphorie laissent place à l’anxiété, les doutes, les appréhensions, les questionnements… Suis-je prête ? Serai-je à la hauteur ? Bébé est-il en bonne santé ? Dois-je adapter mon alimentation ? Pas de panique ! Nous sommes plus de 7 milliards sur terre, vous êtes loin d’être la seule.

yoga-saham-clinique_ghandi_khadija_dinia.jpg

Je choisis mon gynéco

Une fois la nouvelle digérée, il est primordial d’avoir les bons réflexes pour une grossesse épanouie et zen. Le choix du bon praticien est la priorité. Il sera votre principal allié. Au-delà de ses compétences médicales, il est indispensable que vous vous sentiez parfaitement à l’aise et suffisamment proche de lui car, à compter de la 12è semaine, c’est tous les mois que vous serez amenée à lui rendre visite. L’objectif de ces consultations ? Confirmer votre état général de santé, procéder aux échographies, écouter le cœur de bébé et surveiller que tout va bien. Pensez très vite à lui demander sa clinique d’affiliation tout en prenant soin de vous renseigner sur cette dernière.

echo_naissance-saham-clinique_ghandi_khadija_dinia.jpg

Je prends soin de nous

L’évolution de bébé dans de bonnes conditions dépend avant tout du bien-être de la future maman. Vous avez peut-être arrêté de fumer, vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose et les câlins réconfortants de Tom, le chat, vous manquent… Bref, tout concourt à générer chez vous – en plus de ce chamboulement profond qu’est l’élargissement de votre petite famille, et accessoirement, de votre corps de déesse – un stress quasi-permanent. Stop : vous êtes enceinte, pas malade. Cessez de vous apitoyer sur votre sort et prenez les choses en main ! La bonne nouvelle, c’est que pour une fois, vous faire du bien n’est plus un luxe égoïste puisque bébé pourra tirer pleinement parti de vos massages et autres moments de détente que vous avez désormais l’obligation de vous offrir.

sport-saham-clinique_ghandi_khadija_dinia.jpg

Je me fais du bien

De nombreuses activités prénatales sont aussi bénéfiques pour l’esprit que pour le corps. Le yoga prénatal, par exemple, permet de réduire les maux liés à la grossesse, un retour sur soi et sur bébé, d’être plus à l’écoute de son corps… Bref, de retrouver un bon équilibre psychique et corporel par le biais de respirations longues et profondes, pour le travail lors de l’accouchement; alternées, pour apaiser le mental et équilibrer le système nerveux; et avec suspension du souffle, pour accroître l’endurance et renforcer les poumons.

L’endurance et le tonus peuvent également être conservés grâce à l’aquagym, véritable bain de jouvence aux bienfaits salvateurs lorsque l’on peine de plus en plus à se mouvoir. L’avantage avec ces cours collectifs, c’est que chacune y va de ses trucs et astuces pour se sentir mieux, (re)trouver le sommeil, éviter une prise de poids excessive… Vous découvrirez avec joie, au fil des échanges, que vous n’êtes pas la seule à être obnubilée par certaines questions. Et ça fait du bien !

piscine-saham-clinique_ghandi_khadija_dinia.jpg

Certaines cliniques proposent des séances de préparation à la naissance et à la parentalité dans le but de vous informer sur le déroulement de l’accouchement, sur l’hospitalisation en général et vous préparent à vivre ce moment dans les meilleures conditions. Cela vous aidera à mieux appréhender les choses pour le jour J.

Enfin maman !

Ça y est, après des mois de parfaite osmose avec votre progéniture, bébé pointe enfin le bout de son tout petit nez. Vous êtes émerveillée, vous n’avez d’yeux que pour lui. Plus rien n’a d’importance… ou presque. Vous êtes désormais maman, mais l’erreur que beaucoup d’entre nous faisons est de s’oublier. « Entre les couches, la maison, papa, le bain, les biberons… Je n’ai même plus le temps d’aller aux toilettes ! », diriez-vous. Si vous mettez un point d’honneur à penser à tout, n’oubliez jamais qu’avant d’être mère, vous êtes une femme. Une femme dont le corps a subi des mutations qui ne tolèrent aucun laisser-aller.

béé_naissance-saham-clinique_ghandi_khadija_dinia.jpg

On se reprend en main

Pour celles qui ont accouché par voie basse, on envisage fissa une rééducation périnéale. Deux possibilités s’offrent à vous : à domicile, par le biais d’exercices simples et efficaces (exercices de Kegel, de fausse respiration, stimulation musculaire) ou chez un kinésithérapeute, plus précisément. Monsieur vous en remerciera !

kine-saham-clinique_ghandi_khadija_dinia.jpg

Certains établissements mettent aussi à la disposition de leurs patientes une prise en charge diététique afin de définir ensemble l’alimentation la plus appropriée en termes de besoins nutritionnels pour maman et bébé. Non mesdames, vous n’êtes pas seules, livrées à vous-même avec votre nouveau-né. Si le soutien des proches et l’aide de papa sont indispensables, de nombreux corps de métier ont été créés spécialement pour vous. Vous le valez bien !

Coup de cœur de la rédaction !

Après un petit tour d’horizon des maternités casablancaises, notre choix se porte sur la clinique Ghandi. Elle offre aux futures mamans un accompagnement pré et post natal inédit et complet, et peut assurer la sécurité des nouveaux nés à risque grâce à son unité de réanimation néonatale de qualité. C’est même l’un des rares établissements à permettre aux parents de soumettre leur projet de naissance, leur permettant ainsi de définir tous leurs souhaits relatifs à la grossesse et à l’accouchement. Pas de césariennes à la chaîne, donc ! Récemment rénovée, elle est également dotée de tables-lits d’accouchement dernier cri, offrant ainsi une expérience sensorielle des plus agréables. Musique, films, massages… tout a été pensé pour que la salle d’accouchement soit un véritable écrin de sérénité.

enceinte-clinique_ghandi_khadija_dinia.jpg