Voilà une sortie médiatique des plus surprenantes. Ahmed Raissouni, ancien leader du mouvement Unicité et réforme, le MUR, a signé un édito sur son site internet intitulé « Affaire Boauchrine : scandales sexuels ou scandales politiques ». Selon lui, il y a anguille sous roche.

 

A en croire son édito, la principale thèse de Ahmed Raissouni repose sur la théorie du complot. D’après le théologien, cette affaire « n’est pas claire ». « Fiha inna » (il y a anguille sous roche ) commente-t-il ainsi à ce propos, comparant l’arrestation de Bouachrine à une opération militaire.

Remettant en question les accusations qui pèsent contre l’éditorialiste, il déclare tout de go qu’il ne s’agit pas d’une affaire de mœurs. Et pour appuyer sa thèse, le prêcheur n’y va pas par quatre chemins et accuse les plaignantes de complot, celles-ci ayant servi d’appât selon lui, participant ainsi «  au viol d’un homme dans sa dignité, sa réputation, sa liberté et sa profession ».

« Ont-elles été vraiment violées? Ont-elles été victimes de traite d’êtres humains? », s’interroge-t-il avant de répondre lui-même à ses propres questions : « Cela reste à prouver » .

 

Pour rappel, Taoufiq Bouachrine, directeur de publication du quotidien arabophone Akhar Al Yaoum Al Maghribia, a été arrêté suite à des accusations de viol, tentative de viol, abus de pouvoir, traite d’êtres humains par plusieurs femmes et sur la base d’une cinquantaine de vidéos faisant état de ces faits.