Une Marocaine de 17 ans souhaite devenir la première policière voilée au Canada (VIDÉO)

Sondos Lamrhari est au cœur d’une polémique au Canada. La maroco-québécoise de 17 ans porte le voile et suit un programme en techniques policières. La jeune femme qui est en première année d’études souhaite devenir agent de police tout en continuant de porter son hijab.

 

Une revendication qui suscite des émules au Quebec. En effet, les partis politiques et le parlement discutent sérieusement de son cas, en se demandant si un représentant des forces de l’ordre a le droit ou non de porter des signes religieux ostentatoires.

 

D’après un reportage réalisé par Le télé journal, les camarades de classe de Sondos et ses professeurs ne voient pas son hijab d’un mauvais œil. Au contraire, ils sont nombreux à penser que son voile ne change rien à ses capacités.

 

“À l’heure où les politiciens québécois s’entre-déchirent sur la volonté d’une jeune femme portant le hijab de devenir policière, plusieurs corps policiers canadiens autorisent déjà le port des signes religieux. Il est en effet possible pour les policiers de la Gendarmerie royale du Canada de porter des signes religieux en uniforme”, peut-on lire sur le journal local le Nouvelliste.

 

Alors que les politiciens discutent de son cas, la jeune femme quant à elle continue de poursuivre ses études et de défendre son rêve d’exercer le métier de policière tout en portant son voile. Elle saura à la fin de ses études, si elle pourra oui ou non réaliser son rêve. En attendant sa diplomation, le débat continue au Québec.