«Frapper sa femme est une preuve d’amour», Bent Lhouate persiste et signe

Malgré la polémique suscitée par son dernier tube, Lbnate Kamouniyate, la star du chaâbi Imane Bent Lhouate ne semble pas regretter les paroles misogynes de sa chanson, bien au contraire.

 

 

 

Interrogée par le site ChoufTV sur les paroles polémiques contenues dans son dernier tube, intitulé Lbnate kamouniyate et que l’on peut traduire par ‘les femmes méritent ce qui leur arrive’, la star du chaâbi Imane Bent Lhouate ne semble pas regretter ses paroles.

 

 

 

 

Tout en commençant par se défendre d’avoir encouragé les violences contre les femmes au début de la vidéo, la chanteuse finit par lâcher que le fait qu’ «un homme frappe sa femme, c’est une preuve d’amour». «Non, je ne parle pas des coups violents, mais seulement des petites gifles que les hommes peuvent de temps à autre donner à leurs femmes. Je parle des coups ‘doux’ de l’amour, de ceux que l’on utilise quand on est amoureux», se défend-elle sans sourciller.

 

 

 

 

«Combien de femmes aiment se faire battre par leurs hommes et elles ne s’en plaignent même pas. Elles adorent ça. Ça les rend heureuses», ajoute-elle encore, tout en insistant sur le bien-fondé de ses paroles, qu’elles comparent à celles de nos grand-mères. «Nos grand-mère ne s’en plaignaient pas. Au contraire, elles nous disaient : frapper sa femme est une preuve d’amour», se justifie-t-elle encore.

Lire aussi :  Attentats: Brigitte Bardot s'en prend (encore) aux musulmans