Lorsque l’on parle de pianiste marocaine de talent, le nom de Nour Ayadi est sur toutes les lèvres. Et pour cause, la jeune étudiante au Conservatoire de musique de Paris ne cesse de participer à de prestigieux festivals aux quatre coins du globe. Dernière apparition remarquée en date : sa prestation de haute voltige, ce samedi 26 mai, au Festival de Mafra au Portugal.

 

 

Un concert enchanteur au Portugal

 

Devant une salle archicomble, la talentueuse artiste, à peine âgée de 19 ans, a interprété avec brio des morceaux choisis des chefs-d’œuvre de la musique classique de grands musiciens comme Bach et Prokofiev.  Lors d’une soirée qui s’est déroulée en présence notamment de l’ambassadeur du Maroc à Lisbonne, Othmane Bahnini et le maire de la ville de Mafra, Hélder de Sousa Silva, la jeune prodige du piano a envoûté et surpris par son génie et son énergie débordante les mélomanes présents à la « Casa de Cultura ».

 

Qui est Nour Ayadi ?

 

Passionnée de musique depuis son plus jeune âge, Nour a commencé à prendre des leçons de piano dès ses six ans. Inspirée par sa grande sœur qui y jouait aussi, la jeune femme de 19 ans peut compter sur l’appui et le soutien de sa famille.

 

 

« J’ai commencé à prendre des cours dès l’âge de six ans. Ma grande sœur faisait également du piano, c’est elle qui m’a transmis sa passion. Aujourd’hui, elle est avec ma famille, mon plus grand soutien », confiait-elle à Plurielle en octobre dernier. En parallèle de sa carrière artistique, l’artiste poursuit de brillantes études à Sciences Po Paris. Elle est également la première marocaine à avoir remporté le Grand Prix du concours international initié par la princesse Lalla Meryem en 2016.

 

 

 

 

Une expérience marquante pour la jeune pianiste. «  Ce concours a marqué pour moi un premier tournant important dans ma toute jeune carrière de pianiste car j’ai eu de nombreuses propositions de concerts qui s’étendent jusqu’à avril 2018. Ces concerts que je donne au Maroc et en Europe sont un merveilleux tremplin pour la suite », déclarait-elle en octobre 2017. Mais ce n’est pas tout, la jeune femme basée à Paris a remporté de nombreuses consécrations.

 

Un palmarès digne d’un jeune prodige de la musique

 

 

Elle avait fait sensation au Palais des Nations à Genève pour la cérémonie d’ouverture des Nations Unis en 2016, à Essaouira pour le festival des Alizées en 2015, à Varsovie au Festival international de Chopin en 2016, à l’Assemblée Nationale à Paris, en Espagne, en Tunisie, au Portugal, ainsi qu’au Maroc.

«Chaque festival a ses spécificités, sa culture et son public. Mais mon objectif est avant tout de partager et me connecter avec l’auditoire, lui offrir le meilleur de moi-même et le faire voyager à travers la musique», estime Nour.

Elle a aussi été couronnée de plusieurs prix dans des concours nationaux et internationaux, notamment le premier prix du concours des Clés d’Or (1ère jeune marocaine à gagner ce prix) et le Grand Prix du concours FLAME, toutes catégories confondues, à Paris.

En 2017, la jeune femme a obtenu le diplôme supérieur d’exécution de l’Ecole Normale de Musique de Paris Alfred Cortot à l’unanimité avec félicitations du jury. Chapeau l’artiste !

 

Avec MAP