Marion Cotillard s’est livrée à coeur ouvert, hier, à l’occasion de la 18e édition du festival international du film de Marrakech (FIFM). L’actrice française, première invitée de la section « conversation avec », est revenue sur son exceptionnel parcours cinématographique, son amour pour le jeu, ses projets, sa vie avec son mari Guillaume Canet et n’a pas manqué de nous raconter quelques anecdotes croustillantes.

C’est sous un tonnerre d’applaudissements que Marion Cotillard est apparue devant le public marocain, hier, au Palais des Congrès. L’actrice française a ouvert le bal de la section « conversation avec », une séance de questions-réponses animée par le critique marocain Jean-Pierre Javoignat.

Souriante, sincère, touchante… Marion Cotillard s’est livrée en toute convivialité avec le naturel et la simplicité qui la caractérisent. L’actrice est notamment revenue sur les moments forts de sa carrière, donc forcément sur le film « La môme » du réalisateur Olivier Dahan qui retrace la vie d’Edith Piaf.

Sorti en 2007, ce chef-d’oeuvre est celui qui a propulsé la carrière de l’actrice française, lui a ouvert les portes d’Hollywood et lui a valu un oscar. « Edith Piaf a changé ma vie. J’ai crée une relation particulière avec elle. Je me suis tellement plongée dans sa vie… » a confié l’actrice de 44 ans.

Autre film marquant pour Marion Cotillard est « Inception« . L’actrice avoue ne pas avoir tout compris à la lecture du scénario… Elle a dû le lire de nombreuses fois avant d’appeler Leonardo DiCaprio qui lui confie être dans la même situation qu’elle. C’est alors qu’elle propose au héros de « La plage » de se voir pour tenter à deux de comprendre le script. « Des moments épiques » pour l’actrice française.

« Leo (comme elle l’appelle) fait partie des acteurs que j’admire le plus. Travailler avec lui a été très enrichissant. Quand je le vois jouer, j’ai l’impression de le comprendre parfaitement », a-t-elle poursuivi.

Marion Cotillard est également revenue sur « The immigrant » de James Gray dans lequel elle incarne le rôle d’une polonaise. Elle n’a par ailleurs pas manqué de partager avec le public marocain toute sa fascination pour la culture polonaise, et son amour pour la Pologne qu’elle nourrit depuis très longtemps.

En 2009, sort le film « Nine » de Rob Marshall dans lequel elle partage l’affiche avec Pénéloppe Cruz , Fergie, Nicole Kidman ou encore Kate Hudson: « une belle bande de copines avec laquelle je me suis beaucoup amusée », se souvient l’actrice.

Quant à son rôle le plus difficile, c’est celui de Lady Macbeth dans « Macbeth » de Justin Kurzel. « Je ne comprenais pas pourquoi on avait fait appel à moi pour jouer dans ce film. Parler en vieil anglais, celui de Shakespeare non adapté, c’était techniquement très difficile. J’avais une pression énorme », raconte Marion Cotillard.

Mais la comédienne et maman de deux enfants a (heureusement) eu des moments plus légers dans sa carrière. Notamment lors du tournage du film « Rockn Roll » réalisé par son mari Guillaume Canet et dans lequel les deux tourtereaux jouent leurs propres rôles. « Me faire diriger par mon mari a été compliqué au début, mais plus on travaillait ensemble plus on parvenait à se comprendre », confie-t-elle.

En parlant de travail, Marion Cotillard est une grande bosseuse. « J’ai besoin de travailler énormément mes rôles avant de tourner. Je prends beaucoup de notes, je me documente, j’ai besoin de tout, absolument tout savoir sur mon personnage jusqu’aux moindres détails comme par exemple son plat préféré. Cela m’aide à mieux jouer. »

En 2020, l’actrice est attendue dans le nouveau film du cinéaste français Leos Carax « Annette« . Elle y incarne une chanteuse d’opéra. Après avoir lu le scénario, Marion Cotillard a longuement réfléchi , craignant ne pas être à la hauteur de ce rôle. Mais comme elle « aime relever les défis », elle a fini par dire oui au film et à « ce génie poétique et cette folie qu’il y a dans les projets de Leos Carax ».