Si dès le plus jeune âge d’un enfant on ne cesse de lui répéter qu’il n y arrivera jamais, il est certain qu’il aura des difficultés a réussir. En effet, lorsque l’on parle de scolarité il est triste de constater que les parents s’attachent plus aux notes qu’au savoir acquis par l’enfant. Seules les notes permettent au système éducatif et aux parents de juger l’enfant, alors que l’estime de soi a un rôle vital à jouer. Sarah Baakouk Benkirane, psychologue clinicienne installée à Casablanca, nous livre toutes les astuces et conseils pour aider son enfant à gagner en estime de soi. 

Que signifie estime de soi?

L’estime de soi fait référence à la manière dont une personne se juge globalement, que ce soit de façon positive ou négative. Celle-ci dépend de plusieurs facteurs: environnement, personnalité, capacités physiques et intellectuelles et les expériences de réussite ou d’échec…

Lorsqu’un enfant a des difficultés scolaires, son estime de soi est touchée dès le départ. Il suffit d’ajouter le jugement des professeurs, celui des camarades et des membres de la famille pour que l’enfant se sente « nul » et « incapable ».

Si l’estime que l’on a de soi est bonne, on aura plus de facilité à croire en notre réussite et ce quelque soient les domaines (professionnel, personnel). A contrario, une estime de soi négative va freiner la personne, se sentant incapable de réussir, elle renoncera facilement et peinera à repousser ses limites.

Comment accompagner son enfant?

On a tendance à l’oublier mais la communication est très importante et ce quelque soient les liens qui unissent les individus. Lorsqu’un enfant arrive avec une mauvaise note rien ne sert de le culpabiliser. Eviter de lui dire: « Avec tout ce que je fais pour toi, tu me ramènes de mauvaises notes » ou encore de lui crier dessus, ne plus lui parler ou pire, le frapper.  Parce que finalement à aucun moment la question de l’échec ne sera abordée en profondeur. C’est à dire essayer de comprendre pourquoi notre enfant a eu une mauvaise note. Est-ce à cause de difficultés de compréhension?  Y a-t-il un mauvais climat en classe? Est ce dû au stress? A-t-il travaillé son examen ? Il est très important de communiquer, de chercher à comprendre d’où vient le souci et essayer de trouver ensemble, en famille un moyen d’y pallier dans un climat de bienveillance.

La confrontation positive

Il nous arrive à tous de laisser la parole dépasser notre pensée surtout lorsque l’on est en colère. Les mauvaises notes de nos enfants en font un exemple concret, des critiques comme: « tu es débile », « tu es nul », « tu n’y arriveras jamais », « regarde les autres réussissent et pas toi« … ces phrases lâchées sans réfléchir vous évoque quelque chose? Le problème, est que ces remarques touchent directement l’estime de soi. Ces mots en plus du jugement des professeurs ajoutés aux moqueries des camarades, poussent l’enfant dans un cercle vicieux difficile à rompre.

La confrontation positive permet d’aborder les problèmes de l’enfant dans un cadre calme afin de trouver des solutions ensemble. Les notes ne sont pas le seul moyen de juger votre enfant, demandez lui ce qu’il a apprit, quelles sont les choses qu’il peine à comprendre. L’idéal étant d’essayer une autre méthodologie de travail (n’hésitez pas à vous servir de méthodes non conventionnelles), de féliciter son engagement et son investissement.

Les premières années de l’enfant en milieu scolaire influent sur le devenir de sa scolarité. C’est à ce moment là qu’il va s’intéresser ou pas au SAVOIR, à la curiosité, à l’envie de découvrir, de connaître et de comprendre de nouvelles choses. Accompagnez-les dans cette découverte en valorisant leur réussite et en travaillant ensemble sur leur échec, sans oublier de mettre en avant leur investissement.

Méthodes non conventionnelles

Pour les petits qui mettent un pied à la crèche, partez sur des jeux du style Time´s Up version alphabet, ou alors demandez leur de vous dessiner grâce à de la pâte à modeler les lettre de l’alphabet, les chiffres… L’apprentissage devient tout de suite plus drôle et se transforme en un moment de partage pour toute la famille. Faites preuve d’imagination vous connaissez vos bambins par cœur.

Pour les enfants au primaire… En voiture amusez-vous à leur faire calculer les plaques d’immatriculations en les additionnant, de lire les panneaux, les affiches, à la maison demandez leur de vous faire une improvisation sur un thème que vous choisirez…Le but étant de partager, en s’amusant et en apprenant.

Pour les adolescents, demandez leurs de faire des exposées, faites des soirées débat autour de thèmes d’actualité. YouTube regorge de documentaires (historiques /scientifiques/ culturesl/..) regardez les ensembles et discutez en…

N’oubliez pas d’encourager vos enfants, de les motiver, de leur faire confiance et de leur montrer qu’ils sont capable de réussir.

Sarah Baakouk Benkirane est psychologue clinicienne et ethno-psychologue, installée à Casablanca. Cela fait quelques années qu’elle intervient en milieu scolaire. Intéressée par les problématiques scolaires et familiales, elle abordera un sujet sociétal toutes les semaines. 

Contact:0662043969