En voila un coq de valeur. La propriétaire thaïlandaise d’un coq de combat d’une race rare a refusé de céder son volatile fétiche pour la rondelette somme de 62.000 dollars.

La propriétaire, Bussarin, habitante d’un petit patelin dans la région de Samut Prakan (centre de la Thaïlande), a décliné toutes les offres qui ont atteint cette fois ci la somme record de 62.000 dollars.

Jamais sans son coq de combat

Le coq de combat d’une race noble et rare est devenu célèbre en Thaïlande via la presse et les réseaux sociaux. L’oiseau rare aux couleurs vives affiche une fière allure avec des plumes de queue jaune doré d’un mètre de long dressées en l’air.

Bussarin- dont le village est réputé pour l’élevage des coqs de combats pour les jeux de paris très prisés en Thaïlande- a rejeté l’offre généreuse faite par un magnat des jeux qui souhaite acquérir le fameux coq à qui l’on prête un pouvoir légendaire de porte-chance.

Hong Thong, le coq porte-bonheur

La propriétaire du coq, baptisé Hong Thong, a déclaré qu’elle ne comptait pas se séparer de son champion. Selon elle, depuis qu’elle le possède elle ne cesse d’avoir la main heureuse dans tout ce qu’elle entreprend. «Je suis comblée par le bonheur et la chance, j’aime Hong Thong comme j’aime mon propre enfant», a-t-elle dit en déclinant la transaction.

Le maire de la petite municipalité de Pattanapong a salué la sage décision de la dame et affirmé que la petite localité, réputée par l’élevage des coqs de combats, compte faire de ses beaux spécimens à plumes une attraction touristique pour dynamiser l’économie ronronnante de la bourgade.

Suite à cet emballement médiatique, le maire a annoncé l’organisation d’un concours et un festival pour coqs de combat courant ce mois dans l’école de la petite bourgade. Un événement où Hong Thong sera incontestablement la vedette.