Réhabilitation des médinas: le roi préside la signature de 4 conventions

La nouvelle génération des programmes de valorisation des anciennes médinas de Rabat, Marrakech, Fès et la 3ème phase du programme d’habitats menaçant ruine, qui fait partie intégrante du programme de réhabilitation de l’ancienne médina de Casablanca, constituent un levier pour réhabiliter ce tissu urbain millénaire, promouvoir son rayonnement et améliorer les conditions de vie de ses habitants.

 

Présentés lors d’une cérémonie présidée par le roi Mohammed VI, lundi au Palais Royal de Rabat, ces programmes prometteurs ont pour objectif de réhabiliter les anciennes médinas pour en faire des pôles touristiques par excellence, et partant améliorer les conditions de vie de leurs habitants, stimuler les investissements et dynamiser le progrès économique, social et culturel dans cet espace, et ce conformément à une vision éclairée et une approche participative visant la promotion du patrimoine matériel et immatériel.

 

Conformément à la vision royale dans ce domaine, de nouveaux programmes ont été mis en œuvre pour valoriser les anciennes médinas, mettre en avant leur patrimoine culturel, civilisationnel et humain, améliorer leur attractivité touristique et les revenus des artisans, et renforcer le développement socio-économique.

 

Dans ce sens, l’ancienne médina de Rabat a été réhabilitée dans le cadre du programme “Rabat Ville Lumière, Capitale Marocaine de la Culture”. Plusieurs projets y ont été lancés, dont les plus importants portent sur la restauration de remparts, de portes historiques, de mosquées et Zaouiyas, la réhabilitation des Foundouks traditionnels et des édifices menaçant ruine ainsi que la réalisation de terrains de sport de proximité et d’espaces verts.

 

Parallèlement, le programme de valorisation de l’ancienne médina de Rabat (2018-2021) portera sur l’aménagement de la Place Bab El Had et des Places jouxtant le marché central, le renforcement du système de signalisation, la mise en place de plateformes interactives d’informations touristiques, le revêtement des ruelles (8 km) et la création de deux parkings souterrains à Bab El Had et Bab Chellah, d’une capacité totale de 1.090 places.

 

S’agissant de l’ancienne médina de Marrakech, grâce à la Haute sollicitude qu’accorde SM le Roi à la valorisation de son patrimoine historique, elle a bénéficié, dans le cadre du programme “Marrakech, cité du renouveau permanent” et de celui relatif à la lutte contre l’habitat menaçant ruine, du traitement de plus de 4.000 édifices, de la réhabilitation des quartiers El Mellah, Ezrayeb, du cimetière “Achouhada” ainsi que de la mise en valeur des circuits touristiques et spirituels de l’ancienne médina.

 

La ville de Marrakech a également profité de deux projets d’aménagement du circuit touristique Dar El Bacha-Place Ben Youssef et du circuit spirituel dit des sept Saints.

 

Dans le même cadre, le programme de valorisation de l’ancienne médina de Marrakech prévoit la valorisation des monuments historiques, le renforcement du système de signalisation et du réseau d’éclairage, la mise en place de plateformes interactives d’informations touristiques et l’aménagement d’espaces publics et de six parkings, dont deux souterrains, d’une capacité de 1.000 places.

 

Pour ce qui est de l’ancienne médina de Fès, elle a connu une véritable mue à travers la réalisation des programmes de restauration des monuments historiques et de traitement des bâtiments menaçant ruine.

 

Ces programmes de réhabilitation qui avaient porté sur la restauration de 27 monuments historiques, notamment des médersas, des foundouks, des ponts historiques, des souks, des tanneries et des tours, ont profité à plus de 1.600 personnes (artisans, commerçants et étudiants) et permis le traitement de plus de 2.200 édifices menaçant ruine.

 

A noter que le nouveau programme de valorisation de l’ancienne médina de Rabat est doté d’une enveloppe budgétaire de l’ordre de 325 millions de dirhams (MDH), avec une contribution du Fonds Hassan II pour le développement économique et social de près de 250 MDH.

 

Le programme de valorisation de l’ancienne médina de Marrakech nécessite, pour sa part, une enveloppe de l’ordre de 484 MDH, tandis que le programme complémentaire pour la valorisation de l’ancienne médina de Fès mobilisera près de 583 MDH.

 

Cette nouvelle génération de programmes vise à tirer profit des potentialités économiques des anciennes médinas pour en faire des pôles de développement qui contribuent à la promotion des activités économiques, en particulier celles relatives au tourisme et l’artisanat, outre la création d’emplois.