Sondos al-Qattan s’est notamment plaint de devoir donner un jour de repos par semaine à son employée de maison. 

 

Sondos al-Qattan, célèbre pour ses tutoriels de maquillage sur internet, s’était opposée dans une vidéo postée sur Instagram aux décisions prises en mai pour améliorer les conditions des quelque 262 000 Philippins travaillant au Koweït, une position qui a soulevé de vives critiques.

 

 

Selon elle, la vague d’indignation provoquée sur le réseau social, où elle est suivie par plus de 2,3 millions de personnes, est « injustifiée » et elle n’a pas à s’en « excuser ».

«Tout ce que j’ai dit, c’est que l’employeur était en droit de garder le passeport de l’employé. De nombreux Koweïtiens et ressortissants du Golfe sont d’accord avec moi… J’ai le droit en tant que kafil de garder le passeport de mon employé. J’en suis responsable après avoir payé une caution qui peut atteindre les 1 500 dinars (environ 4 200 euros)», a affirmé la jeune femme.

Selon elle, ces pratiques «ne portent pas atteinte à la dignité du domestique et n’ont rien à voir avec l’humanisme ni les droits de l’Homme, du moment que le salaire de cet employé n’est pas retenu et qu’il n’est pas battu ». La jeune femme a aussi partagé récemment des explications sur son compte Instagram.

 

 

Scandalisés par ses propos, de nombreux internautes ont demandé aux marques avec lesquelles la blogueuse travaillait de cesser de leur collaboration. La marque de maquillage britannique Chelsea Beautique a annoncé qu’elle allait supprimer de ses réseaux sociaux une vidéo dans laquelle Sondos al-Qattan apparaissait.

«Nous croyons que tout le monde a droit à des conditions de travail décentes et ce type de discours ne représente pas l’esprit de notre marque» a commenté la marque sur Twitter.

Un porte parole de la marque de parfum française M.Micallef a annoncé à Gulf News que l’entreprise était « choquée » et qu’elle allait mettre fin à leur collaboration.

Un jour de repos hebdomadaire pour les domestiques philippins

Le 11 mai, Koweït et Manille ont signé, au terme d’une crise diplomatique, un accord encadrant le travail des domestiques qui peuvent désormais bénéficier d’un jour de repos hebdomadaire, garder leurs passeports et recourir à l’aide des autorités de Manille si nécessaire.

En février, le président philippin Rodrigo Duterte avait provisoirement interdit aux Philippins d’aller travailler au Koweït après le meurtre d’une domestique philippine dont le corps, qui portait des traces de torture, avait été retrouvé dans un congélateur.

La crise entre les deux pays s’était aggravée en avril, lorsque l’Etat du Golfe avait ordonné l’expulsion de l’ambassadeur des Philippines et rappelé son ambassadeur à Manille après la diffusion de vidéos montrant des membres de l’ambassade philippine aidant des domestiques à fuir les résidences de leurs employeurs koweïtiens soupçonnés de les maltraiter.