Dénoncer ce que vivent les femmes au quotidien au Maroc, c’est ce qu’a fait Aya Moudden en postant une vidéo réalisée par ses soins ce 15 novembre dans la soirée. En près d’une minute, la jeune femme balance des vérités “sur ce qu’on vit et voit au Maroc en tant que femme“. Un court métrage puissant et inspiré. 

Partagée le 15 novembre dans la soirée sur la page Facebook d’Aya Moudden, la vidéo a vite remporté un franc succès. Ils ont été jusqu’à présent, plus de 6.000 à visionner cette vidéo qui exprime le ras le bol d’une femme marocaine sur fond de musique classique.

Contactée par Plurielle, la jeune femme qui est rentrée au Maroc il y a seulement un an, nous explique pourquoi elle a réalisé cette vidéo. “C’est un petit coup de gueule sur ce qu’on vit et ce qu’on voit au Maroc en tant que femmes. J’avais parlé a certains amis hommes de choses qui nous arrivent quotidiennement dans la rue et ils étaient choqués parce que, eux en tant qu’hommes, n’ont pas la même expérience marocaine que nous. C’était vraiment une vidéo expérimentale que j’ai faite a la maison avec les moyens du bord. Je ne m’attendais vraiment pas a ce que ça plaise autant“, nous indique la jeune artiste. Et il faut dire que le succès fut quasi instantané pour cette jeune femme de 27 ans qui s’est envolée pour l’Angleterre après avoir décroché son bac au Maroc. La diplômée en médias, communication et sociologie a finit son cursus aux Etats-Unis où elle a obtenu un master de “film making” (réalisation de films).

Une vidéo réalisée rapidement

Postée hier, la vidéo de la jeune femme a été réalisée très rapidement. “J’avais filmé les images pour tester certains angles pour d’autres projets, et puis j’avais d’autres images que j’avais filmé il y a un bout de temps, j’ai écrit le texte mercredi et j’ai tout monté et posté hier“, nous explique la jeune femme qui travaille aujourd’hui en free lance au Maroc. Grâce à un texte fait de rimes lourd de sens, sa vidéo coup de gueule a visé juste.

C’est simplement un coup de gueule basé sur ce que j’ai vécu, ce que je vis et ce que je vois. Mais maintenant que je vois que des femmes se retrouvent dans cette vidéo et que, des hommes comprennent un peu par quoi on passe, j’aimerai bien que ça aide a sensibiliser et peut être changer les choses. Mais bon, ce n’est pas une petite vidéo qui va changer tout ça!”, a-t-elle conclut.

Après tout, si chacun y met du sien, le harcèlement de rue et les violences faites aux femmes ne seront bientôt qu’un vieux souvenir. Du moins, on l’espère.