Une bande de copines, une crise de la trentaine, des histoires d’amour et du sexe, voilà les ingrédients de la nouvelle série espagnole qui cartonne sur Netflix. Présentation.

Sortie le 8 mai dernier sur la plateforme de streaming Netflix, Valeria caracole en tête des programmes les plus regardés au Maroc, en France et en Espagne. Il faut dire que les séries espagnoles remportent à chaque fois un franc succès auprès du public. Après La Casa de PapelElite ou encore Las Chicas del CableValeria était donc très attendue des internautes. Et ces derniers n’ont pas été déçus avec cette nouvelle série drôle, colorée et rafraîchissante qui nous embarque dans un Madrid ensoleillé.

Le pitch

Adaptée de la série de romans à succès d’Elisabet Benavent « Dans les pas de Valeria », cette nouvelle série nous raconte l’histoire d’une écrivaine trentenaire, atteinte du syndrome de la page blanche. La jeune femme peine en effet à trouver l’inspiration pour son premier roman qu’elle doit rendre au plus vite à sa maison d’édition. Un problème n’arrivant jamais seul, Valeria traverse également une crise amoureuse. Mariée depuis six ans avec Adrian, leur couple n’est pas au beau fixe. Mais c’était sans compter sur sa rencontre avec le beau Victor qui ne va pas la laisser indifférente. Va-t-elle se laisser séduire ou essayer de sauver son couple ? Telle est la question. Heureusement, la jolie jeune femme peut compter sur le soutien de ses plus proches amies : Lola, une célibataire endurcie qui enchaîne les relations sans lendemain et qui adore le sexe, Carmen, une jeune femme timide et maladroite qui n’ose pas avouer ses sentiments à son collègue de travail et Nerea, une avocate carriériste lesbienne qui se cherche encore un peu.

Ce qu’on a aimé

Sur le papier, « Valeria » a des airs de « Sex and the City », mélangée à « Plan Cœur » et à « The Bold Type ». Et cela n’est pas pour nous déplaire ! Après la fin des aventures de Carrie Bradshaw et de ses copines new-yorkaises, nous avions du mal à trouver une série mêlant comédie et romantisme. Avec « Valeria », c’est chose faite ! En effet, même si elle ne détrônera jamais la cultissime « Sex and the City «  et que le scénario a des airs de déjà-vu, cette série se sirote comme un bon verre de sangria en terrasse, un jour d’été.

Beaucoup se retrouvent en Valeria, une jeune femme spontanée et attachante. Et ses amies, au caractère bien différent, nous font rire et donnent toujours le bon conseil quand il faut. Enfin, tous les sujets sont abordés très librement : le sexe bien entendu, les difficultés au sein du couple, l’orgasme féminin ou encore le féminisme. Les conversations qu’entretiennent Valeria et ses copines sont exactement les mêmes que nous avons avec nos propres amies. On se pose les mêmes questions, on fait face aux mêmes problèmes et défis, et tout ça, ça fait du bien ! Bref, cette première saison de 8 épisodes se regarde en une seule traite et ne provoque qu’un seul et même sentiment : pourvu que la saison 2 sorte au plus vite !