Cheikh Ahmed al-Tayeb, le grand imam de l’institution de l’islam sunnite Al-Azhar qui siège au Caire, a jugé que la polygamie est une « injustice » pour la femme et qu’elle n’est pas la norme dans l’islam, suscitant un grand débat en Egypte.

Ce n’est pas la première fois que le grand imam d’Al-Azhar s’exprime sur la polygamie depuis qu’il a pris son poste en 2010. Il avait notamment évoqué le sujet en 2016 alors que le président Abdel Fattah al-Sissi avait appelé à renouveler le discours religieux.

Mais c’est la première fois que cheikh Ahmed al-Tayeb qualifie d' »injuste » la polygamie, quand elle ne respecte pas le principe d' »équité » indiqué dans le Coran.

Ses propos ont été aussitôt saluées par le Conseil national de la femme. La présidente du Conseil Maya Morsi a ainsi affirmé que « la religion musulmane a fait honneur à la femme, lui a rendu justice et lui a accordé de nombreux droits qui n’existaient pas auparavant ».

Après les propos de cheikh Ahmed al-Tayeb, qui ont suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux, l’institution Al-Azhar a tenu samedi soir à préciser sur son site internet que le grand imam « n’avait pas du tout évoqué une interdiction de la polygamie ».

Vendredi soir, Al-Azhar avait publié sur Twitter des déclarations du cheikh Tayeb soulignant « la nécessité d’un renouvellement en ce qui concerne les questions relatives à la femme ».

« Les femmes représentent la moitié de la société, si l’on ne prend pas soin d’elles c’est comme si l’on marchait sur un seul pied », a-t-il affirmé.

Il a en outre indiqué que « la polygamie est souvent une injustice envers la femme et des enfants », estimant qu’elle est le résultat « d’une incompréhension du Coran et de la tradition du Prophète ».

Le grand imam d’Al-Azhar a d’autre part déclaré au cours d’une émission télévisée hebdomadaire sur la chaîne satellitaire nationale, que « ceux qui disent que le mariage doit être polygame ont tout faux. »

Il recommande pour bien comprendre la question « une lecture entière du verset évoquant la multiplicité des épouses » car « certains ne lisent que +deux, trois, quatre+, et il ne s’agit là que d’une partie du verset non pas sa totalité. Il faut bien lire ce qui vient avant et après ».

« Le musulman est-il vraiment libre de prendre une deuxième, troisième ou quatrième épouse? Cette liberté n’est-elle pas restreinte par certaines conditions? », demande le grand imam d’Al-Azhar.

Selon le Coran « la multiplicité (des épouses) doit obéir à des conditions d’équité, et que s’il n’y a pas équité il est interdit d’avoir de multiples épouses », a-t-il expliqué.

Cheikh Tayeb a ensuite rappelé le verset qui évoque la question de la multiplicité des épouses qui dit « si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors n’en épousez qu’une seule ».

Les propos du grand imam d’Al-Azhar ont suscité un grand débat sur les réseaux sociaux entre partisans et détracteurs.