Saad Lamjarred est convoqué au tribunal de Draguignan ce mardi 18 septembre. Le parquet de Paris conteste la libération du chanteur accusé pour la troisième fois de viol en France.

Le chanteur Saad Lamjarred pourrait bien repasser par la case prison prochainement. D’après les informations de plusieurs médias marocains, « le parquet de Paris se serait fermement opposé à la libération sous caution du chanteur qui a été arrêté pour viol avec violences à Saint Tropez » en août dernier.

Il semblerait que la décision prise par le juge des peines et des libertés de Draguignan n’ai pas été du gout du parquet de Paris qui réclame l’incarcération de l’interprète de « Casablanca ». Mardi prochain, nous en sauront plus sur le sort du chanteur qui devra repasser devant le tribunal de Draguignan.

Pour rappel, Saad Lamjarred avait été interpellé fin août et placé en garde à vue pour des “faits caractérisés de viol” au cours de la nuit de samedi à dimanche dans un établissement de nuit de Saint-Tropez.

Le juge des libertés et de la détention (JLD) avait décidé de placer le chanteur sous contrôle judiciaire, alors que le parquet avait requis son placement en détention provisoire.  Dans le cadre de son contrôle judiciaire, le chanteur a l’interdiction de quitter la France et d’entrer en contact avec la victime et les témoins, a précisé le parquet. Il a dû fournir une caution de 150.000 euros.

En France, les médias s’interrogent sur le « laxisme » de la justice française dans le cadre de cette affaire. Ils sont nombreux à critiquer son autorisation de circulation dans l’Hexagone, et estiment que cette nouvelle affaire de viol aurait pu être évitée si le chanteur avait été écroué. Affaire à suivre…