Après avoir gardé le silence depuis le début de l’affaire, la femme du journaliste Taoufik Bouachrine s’exprime enfin.

 

Asmae, l’épouse du directeur de publication d’Akhbar Alyaoum, poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation, dont la “traite d’être humain” viol” et “abus de faiblesse”, s’est confiée à nos confrères de Goud.ma.

 

 

Bien évidemment, je reste solidaire avec mon mari à 1000% (…), mais je réclame une enquête minutieuse pour l’intérêt de mon mari et des victimes, et mon mari n’est pas au-dessus de la loi ni l’inverse“, a-t-elle affirmé lors d’une interview.

 

 

Pour l’épouse de l’inculpé, l’affaire demeure “mystérieuse” et “fait objet de rumeurs. Mais cela ne me dérange point, je me connais et je connais bien Taoufik aussi”, a-t-elle assuré.

 

 

Interrogé sur les vidéos citées par le parquet général, qui aurait montré le journaliste en train de harceler ou violer ses victimes, la femme de l’accusé répond: “nous devons tout d’abord savoir si ces vidéos sont vraies ou montées, et connaitre la personne qui les a filmées, il est impossible que quelqu’un se fasse filmer dans son bureau dans de telles situations (…) on devrait me faire un lavage de cerveau pour croire que c’est Taoufik qui a installé les caméras”.

 

 

Par ailleurs, Asmae Bouachrine dément également sa volonté de divorcer du patron d’Akhbar Alyaoum. “Ce ne sont que des mensonges (…) nous vivons une période difficile et nous ne savons pas ce que cache l’avenir (…) les gens doivent respecter notre vie et celle des filles (plaignantes) aussi”, affirme-t-elle.

 

 

Taoufik Bouachrine devra comparaître ce jeudi devant la juge de la chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca, dans le cadre de la deuxième audience de son procès qui a démarré le 8 mars dernier.