Imane Fadil, mannequin italo-marocaine témoin clé dans le scandale des soirées «bunga bunga» de Silvio Berlusconi est décédée, le 1er mars. Elle aurait été empoisonnée avec des substances radioactives. Portrait.

Elle était l’un des témoins principaux dans l’affaire de l’ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi et ses soirées «Bunga bunga». Imane Fadil, mannequin de 34 ans d’origine marocaine est décédée, le 1er mars, après un mois passé dans un hôpital de la région de Milan, des suites d’une défaillance chronique d’un organe.

L’établissement qui avait accueilli la jeune femme, le 29 janvier pour des fortes douleurs à l’estomac a procédé à des examens médicaux et envoyé des échantillons à un laboratoire spécialisé pour tenter de comprendre la détérioration rapide de l’état de santé d’Imane Fadil.

Les résultats des tests indiquent «la présence d’un mélange de substances radioactives qu’il n’est pas possible de trouver normalement dans le commerce». Autrement dit, la jeune femme aurait été empoisonnée. Une crainte dont l’ancienne modèle avait fait part à ses proches, quelques jours avant sa mort.

Pour sa part, Silvio Berlusconi continue de tout nier en bloc et d’affirmer qu’il ne connait pas Imane Fadil. «Je suis navré quand une personne jeune meurt. Je n’ai jamais connu cette personne et je ne lui ai jamais parlé», a-t-il réagi dans les médias italiens.

 

Qui était vraiment Imane Fadil?

Avant que l’affaire Berlusconi n’éclate, Imane Fadil était mannequin. Arrivée très jeune en Italie, la jeune femme rêvait d’entrer dans le monde du divertissement et devenir célèbre.

C’est en 2012 et alors qu’elle n’avait que 25 ans que sa popularité explose après avoir livré des révélations chocs sur l’ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi dans le cadre du procès Rubygate. Parmi les révélations des 32 femmes qui ont témoigné dans cette affaire, ce sont ses propos qui vont le plus faire sensation.

Et pour cause, le modèle avait donné des détails très croustillants sur les soirées libertines que l’ancien politique organisait avec plusieurs jeunes femmes dans sa villa à Arcore près de Milan. Imane Fadil a notamment affirmé que Silvio Berlusconi lui aurait, lors d’un dîner, tendu une enveloppe de 2000 euros (22.000 DH) en lui lançant: «Ne vous offensez pas».

Elle a également rapporté les détails d’une autre soirée au cours de laquelle une brésilienne portait un masque de Ronaldinho et un maillot de l’AC-Milan, ainsi qu’une «performance» de deux femmes déguisées en religieuses avec strip-tease.

Selon le Huffington Post Italie, Imane Fadil a raconté son histoire dans un livre intitulé «J’ai rencontré le diable» qui n’est pas encore publié. Les textes auraient été saisis par la justice.

Sa dernière intervention publique remonte au 19 janvier 2019. La jeune femme est interrogée après que le tribunal a rejeté sa demande de se constituer partie civile dans le procès Ruby. Déçue, l’ancienne mannequin maroco-italienne évoquait la difficulté de toutes ces années passées depuis l’ouverture du procès et affirmait avoir été approchée plusieurs fois par Silvio Berlusconi pour acheter son silence.

«Tout cela a commencé quand j’avais 25 ans et aujourd’hui, j’en ai 34 ans. J’ai toujours dit la vérité et j’ai rejeté tant de tentatives de corruption de Silvio Berlusconi et de son entourage», avait-elle déclaré. Aujourd’hui, son décès est entouré par plusieurs zones d’ombres. Sa famille est convaincue qu’elle a été empoisonnée.