Quelles sont les pièces incontournables, les couleurs phares, les coupes indispensables, et les imprimés les plus en vue de ce printemps? On vous dit tout!

De Paris à New York en passant par Milan et Londres, les podiums ont tranché. Cette saison, on renoue avec un enthousiasme, un clinquant rafraichissant, des imprimés colorés et des silhouettes qui invitent à des escapades ensoleillées. Influences ethniques, coupes architecturées, couleurs audacieuses, on ne passera pas inaperçues.

 United colors

L’humeur de la saison? Des teintes intenses, lumineuses à adopter volontiers en total look, du citron au mauve en passant par des tons épicés. Dans les impératifs des tons à privilégier ce printemps, les teintes chaudes qui évoquent le désert. Rouge, terre cuite, orange, terre de sienne, safran, cuivre, le soleil rentre dans le vestiaire saisonnier.

 

Autres possibilités ? 

Le retour de la tendresse avec une palette pastel, avec du rose, du bleu layette, du lavande pâle et l’explosion de teintes pleines de peps de vert gazon au rose flashy, tandis que les déclinaisons de teintes neutres, du blanc au gris décline un vestiaire à la douceur inattendue. La nouveauté ? Oser des effets surprenants, du lamé au tie & dye. Dégradés, camaïeu, brillance, les textiles se parent de reflets pour des silhouettes inédites.

Coupées, décalées 

Ce printemps annonce un regain de féminité, souriante, décomplexée, qui mêle sophistication et nouveau cool. Si l’inflexion sportswear qui a dominé plusieurs saisons semble s’essouffler, les créateurs réinsufflent de l’élégance et une certaine inventivité dans des silhouettes qui hésitent entre esprit de fête et nonchalance bohême. Balmain, Hedi Slimane chez Celine, Saint Laurent, Isabel Marant, avaient initié une déclaration d’amour fou aux années 80 avec des lignes entre asymétries et épaules démesurées. Cette saison, foule de marques s’engouffrent dans la tendance avec des propositions où les manches sont gonflées, les épaules carrées, les volumes disproportionnés. À l’image de cette décennie qui symbolise tous les excès, la femme ce printemps-été est audacieuse, puissante et libérée.

Fortes impressions

Réveillez votre instinct animal, il sera toujours de mise cette saison. Les imprimés sauvages restent un must have du printemps, entre reptiles et fauves. On vous fait un dessin ? Cela tombe bien, le pictural et les imprimés arty composent des silhouettes aux allures abstraites entre patchwork et découpages contemporains. Autres tendances, le foulard print, les rayures graphiques et les fleurs qui prennent du volume pour des looks qui donnent au romantisme une toute autre dimension.

Cette saison, l’ethnique est toujours très chic avec des vestiaires inspirés de voyages, aux coupes amples, et textiles typiques. Franges, matières texturées, le folk s’assagit pour proposer des looks plus purs, loin du folklore.

Face à cette déferlante de clinquant et de sexyness assumé, le sportwear est encore bien dans ses baskets. La nouveauté ?
On troque joggings pour des pièces plus légères empruntées à l’univers du surf, aux matières techniques, aux accents couture, et pour du beachwear glamour façon plages de la Méditerranée.

Les bons calculs

Les automatismes de la saison ? Oser des associations d’univers opposés. On opte pour la veste oversize sur une robe romantique, la jupe avec un sweat et des santiags, la jupe droite avec un coupe-vent, le pantalon façon utility avec une blouse fleurie, des mules délicates avec un jogging et un top en soie. 

Pièces maîtresses

– Un coupe-vent aux reflets métallisés ou une parka légère

– L’oversize d’une veste de tailleur 

– Des sweatshirts 

– Une robe fleurie 

– Une jupe longue à rayures 

– Une jupe midi trapèze 

– Un pantalon de treillis 

– Le cycliste 

– Le trench 

– Les logos 

– Le tailleur pantalon 

– La robe façon gandoura 

– Un panier 

– La santiag 

– La bottine blanche 

– Les mules et les claquettes 

– La maille façon filet