Séparation, divorce, veuvage… Quelle que soit la cause, de plus en plus de femmes doivent élever leurs enfants seules. Comment réussir à gérer leur éducation, leur accorder du temps, s’occuper du foyer et travailler sans se sentir dépassée ? Nos conseils pour se simplifier la vie.

Que ce soit au Maroc ou ailleurs, le nombre de familles monoparentales est en constante augmentation. Une tendance qui s’explique notamment par l’explosion des divorces. Au Maroc, en 2017, ce sont 100 000 divorces qui ont été prononcés contre 300 000 mariages célébrés la même année. Dans le cas où des enfants sont présents, se pose alors la question de la garde partagée ou exclusive. Dans le deuxième cas, c’est souvent la femme qui s’occupe des enfants à plein temps tandis que le père garde un droit de visite les week-ends. Commence alors un véritable marathon pour la mère de famille. Entre les activités extrascolaires, les courses, le travail et la maison, tout repose sur ses simples épaules. Heureusement, il existe quelques astuces pour mettre un peu d’ordre dans tout ça.

ARRÊTER DE VOULOIR JOUER LES DEUX RÔLES

Pour éviter que cette séparation ne provoque un trop gros changement dans le quotidien de nos enfants, on s’évertue à maintenir l’équilibre coûte que coûte, quitte à mettre les bouchées doubles a n de remplir le rôle de père et de mère en même temps. Grosse erreur. Ce rythme ne sera pas tenable sur le long terme et le surmenage ne tardera pas à faire son apparition. Il est en e et impossible d’avoir une double casquette. On reste alors à notre place et on laisse au papa la sienne. Dans le cas où le père est absent ou décédé, on essaye de trouver une figure paternelle à laquelle les enfants peuvent s’identifier (un frère, un cousin, notre propre père…) et qui pourra nous aider dans leur éducation.

ACCEPTER DE FAIRE DES ERREURS

On a beau être une femme courageuse, indépendante et forte, on n’est pas une super- héroïne pour autant. Il est donc tout à fait normal de passer par des périodes de doutes, de faiblesse et de découragement. Il faut accepter le fait de ne pas toujours être parfaite et de faire des erreurs. On apprend alors à dédramatiser, à déculpabiliser et surtout, on ne se xe pas des objectifs démesurés.

S’ORGANISER ET HIÉRARCHISER SES PRIORITÉS

Lorsque la liste des tâches à réaliser dans une journée ne cesse de s’étendre et que 24h ne semblent pas suffisantes pour venir à bout de toutes ces obligations, on essaye de prioriser. Si la vaisselle du dîner traîne dans l’évier jusqu’au lendemain matin, ce n’est pas très grave si cela nous permet de passer plus de temps avec nos enfants. Aussi, on pense à tout noter sur un calendrier (les entraînements de foot, le rendez-vous chez le dentiste de notre aîné, la rencontre parent- professeur de la petite dernière), histoire de ne rien oublier et d’avoir une vue d’ensemble sur les prochaines semaines. Au quotidien, on essaye également de se simplifier la vie en préparant les vêtements des enfants et leur cartable la veille au soir par exemple.

S’ACCORDER DU TEMPS POUR SOI 

Lorsqu’on se retrouve seule à devoir gérer au quotidien toute une famille, nos petits moments solos sont souvent relégués au second plan. Pourtant, il est important de se sentir bien, heureuse et reposée pour prendre au mieux soin de nos enfants. Si l’on est stressée, énervée et fatiguée, cela va se répercuter sur eux. On prend alors le temps de s’adonner à des activités plaisantes et relaxantes. On sort voir ses amis, on se fait plaisir chez le coiffeur ou l’esthéticienne, etc. Et pour nous aider à sou er une heure ou deux, on n’hésite pas à demander de l’aide à une personne de confiance (une nounou, une amie, l’un de nos parents) qui pourra s’occuper des enfants pendant ce temps. Au quotidien, on essaye de s’accorder un moment pour soi le matin par exemple en se levant quelques minutes plus tôt, histoire d’avoir le temps de prendre une douche et de se préparer au calme.

GÉRER L’ABSENCE DE L’AUTRE

Si notre histoire de couple ne s’est pas terminée de la meilleure des manières et que nos relations avec notre ex-mari sont tendues, il faut réussir à mettre de côté nos rancœurs. Hors de question de critiquer le père de nos enfants devant eux et de les obliger à prendre parti en leur demandant de préférer un parent à l’autre.