Souad Sbaï, ancienne députée italienne d’origine marocaine, accuse le Maroc d’être responsable de la mort du mannequin Imane Fadil. L’ambassade du Maroc en Italie dénonce de « graves accusations » et porte plainte.

 

Nouveau rebondissement dans l’affaire Imane Fadil. L’ambassade du Maroc en Italie a porté plainte contre Souad Sbaï, ancienne députée d’origine marocaine qui accuse le Maroc d’être responsable de la mort du mannequin Imane Fadil.

Dans une interview accordée au journal Repubblica, Souad Sbaï évoquait «une piste marocaine» en relation avec le décès d’Imane Fadil. L’ancienne députée a affirmé que la jeune femme de 34 ans «savait tellement de choses.»

«Elle avait probablement décidé de faire un pas en arrière. Et ils l’ont tuée. Je sais que, comme tant d’autres belles filles, elle a beaucoup fréquenté notre ambassade. C’est là, autour de la haute diplomatie, qu’il faut aller chercher», avait-elle déclaré au média italien.

Suite à la publication de cette interview, l’ambassade du Maroc en Italie a intenté une action en justice contre Souad Sbaï, dénonçant, dans un communiqué, de «graves accusations portées contre le Royaume du Maroc et ses institutions, en particulier diplomatiques, à propos du décès d’Imane Fadil.»

«Devant ces propos diffamatoires, l’ambassade du Royaume du Maroc à Rome a intenté une action contre l’intéressée, auprès du Tribunal de Rome, pour diffamation et propagation d’informations mensongères visant à ternir l’image du pays», précise l’ambassade dans son communiqué.

Rappelons que l’ancienne mannequin est décédée, le 1er mars, après un mois passé dans un hôpital de la région de Milan, des suites d’une défaillance chronique d’un organe. Selon ses proches, la défunte a été empoisonnée.

Lors d’une conférence de presse relayée lundi, le procureur général Francesco Greco, a confirmé une «forte présence de cadmium, d’antimoine, de chrome et de molybdène bien au-dessus de la norme» dans le corps d’Imane Fadil.