The Tberguig : La page aux multiples visages

Elle nous fait rire avec ses mimiques et ses manières à coup de simples posts sur Facebook. Sa page The Tberguig, a conquis les marocains et compte désormais plus de 46.000 fans. La jeune étudiante en école de commerce en finance d’entreprise à Paris est actuellement en fin de cursus. Sur sa page Facebook, son snapchat et son compte Instagram se sont des personnages marocains bien de chez nous que l’on retrouve interprétés avec finesse et humour. Qui est-elle, quels sont ses projets. Asmaa nous raconte tout. Interview.

Zineb : Tu as commencé par créer un blog, comment t’es venue l’idée de créer ces personnages et de te lancer sur les réseaux sociaux ?

Asmaa : J’ai commencé par l’écriture papier, en collaborant avec des journaux comme La Nouvelle Tribune, je continue d’écrire aujourd’hui, notamment pour Grazia. J’avais alors déjà créé ma page Facebook où je publiais mes articles sur Casa, puis sur Carrie Bradshaw version Carrie Bratchouf quand je m’étais installé à New York pour quelques mois. Mais c’est par un snap mimant un simple « hmmm téléphonique » authentiquement marocain, que les gens m’ont demandé de publier sur la page, que le format vidéo a commencé…

Zineb : Quels ont été les projets que tu as accompli depuis que ta page Facebook remporte un franc succès ? Plutôt livres ou journaux ? Lesquels ?

Asmaa : Rubriques, collaborations vidéos comme «  L’École des mères », développement de compilations snapchat pour lesquelles j’ai une vraie affection compte tenu de la nature très intimiste de ce canal de communication, et les capsules centrées sur l’extrapolation d’un personnage en particulier comme Houda de L’Mou9ata3a.

Zineb : Qui est ton auteur préféré ?

Asmaa : J’ai découvert toute la beauté de l’observation et de l’empathie par cette observation au travers de Zola. Ce sont ces lectures qui m’ont appris le détachement de soi pour mieux observer, avant d’incarner ce que l’on observe de la manière la plus sincère et immédiate au sens de l’absence de médiation.

Zineb : Ton magazine préféré ou journal ?

Asmaa : Je crois que malgré le grand apport intellectuel de certains grands noms de la presse, rien ne remplacera le petit jouet du magazine Picsou, pionnier de la fidélisation client, une stratégie irréductible.

Zineb : Projetterais-tu de faire un one woman show ?

Asmaa : J’ai fait ma représentation au Studio des Arts de Casablanca le Vendredi 13 Janvier, en faisant la première partie d’Idriss Aberkane qui venait y faire une conférence sur l’enseignement. Je commence à écrire au fur et à mesure des opportunités qui se présentent à moi. Ce qui est certain, c’est qu’il n’y en aura pas que «  One » sur scène, je veux que ce soit un Derb Omar de personnages…Si Dieu le veut, always…

Lire aussi :  Kamar Saadaoui: 4 questions pour le 8 mars

Zineb : Quelles sont tes inspirations dans la vie de tous les jours ? Et pour créer tes vidéos ?

Asmaa : La rue. Chaque rencontre est un présent du temps, l’opportunité de créer un lien vrai et entier avec la personne dont tu croises le chemin. Mes inspirations sont les gens qui m’entourent et je les affectionne autant que les personnages que j’écris.

À cet instant, je suis dans le patio d’une villa à Marrakech, avec Hafida une jeune femme timide y travaillant, qui me conte un peu sa vie, ses vies, autour de la cheminée.

J’ai horreur de côtoyer quasi quotidiennement des personnes sans tenter d’en percer l’intimité ou en ignorant le fait magique que chacune de ces personnes est une potentielle source d’amour, de fraternité etc Oulah je parle très sérieusement.

Zineb : As-tu un ou des modèles ? Si tu devais être dans la vie un de tes personnages, lequel voudrais-tu être ?

Le modèle le plus fort que l’on puisse avoir c’est l’amour par le divin. Le coeur est mon modèle. (et ma mère, parce qu’elle lit l’interview,Salut Maman ). Tous, j’adore le côté derwich de Marwane le bss bsseur, dkhel liya fl9elb.

Zineb : On ne te trouve pas sur Youtube, pourquoi avoir préféré Instagram, Facebook et pas Youtube ?

Asmaa : Je trouve l’esprit plus intimiste, je ne suis pas contre le mainstream dans l’exposition mais pas dans le fond. Je trouve que ce sont des réseaux qui ressemblent plus à ce que je souhaite communiquer.

Zineb : Ta sœur est à l’origine de la marque Bakchic, t’inspire-t- elle au quotidien ? Portes-tu ses collections ?

Asmaa : Ma sœur est une personne profondément vraie et profondément inspirante. Elle a un talent voilé d’une telle pudeur que je peux qu’en être fière tbarkAllah. J’aime le fait qu’elle travaille sincèrement à la valorisation de notre Patrimoine, et de cette richesse qui nous est commune. Oui, en particulier les sweaters à lettre arabe.

Zineb : Combien as-tu de frères et sœurs ?

Asmaa : Officiellement 1 grand frère, deux grandes soeurs, officieusement beaucoup plus…ki ghane dirou fl’wert…khelini saketa

Zineb : Quel personnage souhaiterais-tu jouer prochainement ?

Asmaa : Prévu pour ce dimanche…indice, le chewing gum est son meilleur ami, et votre pire ennemi.

Zineb : A chaque fois que tu postes une vidéo tes followers en redemandent, pourrais-tu estimer ton rythme de publication ?

Asmaa : J’essaie de faire en sorte de garder une vraie écriture derrière les vidéos, entre deux vidéos, j’alterne avec des compilations snapchat et je suis au quotidien sur snapchat : asmdarabie.