Kim Kardashian annonçait, la semaine dernière sur Instagram, la sortie de sa nouvelle gamme de sous-vêtements nommée « Kimono ». Le maire de Kyoto réagit. 

La vedette américaine de télé-réalité Kim Kardashian, a été accusée d’appropriation culturelle, après avoir nommé sa nouvelle marque de lingerie « Kimono ». Le nom choisi pour la gamme n’a pas été apprécié par de nombreux internautes qui ont d’ailleurs créé le hashtag « #KimOhNo«  sur Twitter.

View this post on Instagram

Finally I can share with you guys this project that I have been developing for the last year. I’ve been passionate about this for 15 years. Kimono is my take on shapewear and solutions for women that actually work. I would always cut up my shapewear to make my own styles, and there have also been so many times I couldn’t find a shapeware color that blended with my skin tone so we needed a solution for all of this. The third pic is the solution short. I developed this style for all of those times I wanted to wear a dress or skirt with a slit and still needed the support. Introducing Kimono Solutionwear™ for every body. Coming Soon in sizes XXS – 4XL in 9 shades. I can’t wait for you to feel this fabric!#KimonoBody @kimono Photos by Vanessa Beecroft

A post shared by Kim Kardashian West (@kimkardashian) on

Le maire de la ville de Kyoto, Daisaku Kadokawa, a écrit une lettre à Kim Kardashian lui demandant de modifier le nom de sa marque et a tenu également à lui rappeler la définition originelle du kimono. « Je vous demande de reconsidérer votre décision d’utiliser le nom Kimono pour votre marque. Le Kimono est une robe traditionnelle façonnée par les richesses de notre histoire et de notre nature ».

« Ces dernières années, nous avons vu non seulement des Japonais, mais également de nombreux touristes étrangers porter le kimono et se promener à Kyoto et dans des villes du Japon. C’est la preuve que le kimono, dont nous sommes fiers en tant que culture traditionnelle, est aimé par les peuples du monde entier », explique t-il à la star américaine.