Pour une femme qui entreprend, faut-il dire entrepreneur, entrepreneure, ou entrepreneuse ? Les trois sont admis, et ça tombe bien, car les Marocaines qui entreprennent sont de plus en plus nombreuses.

 

Nous avons rencontré six d’entre elles qui se sont démarquées en investissant à leur manière les domaines des nouvelles technologies, la mode, la pâtisserie, les ressources humaines, le design ou l’art et la culture. Tour d’horizon de leurs beaux projets. En épisode 6 découvrez l’univers de Soukeina Hachem, la designer à l’origine de SHAPE.

 

 

 

Qui êtes-vous?

 

 

Soukeina Hachem, je suis designer interdisciplinaire et entrepreneur.

 

 

Que faites-vous dans la vie?

 

 

Je suis designer d’espace, designer textile et designer de meubles de formation et autodidacte en design graphique et en scénographie événementielle.  Pour moi, la pluridisciplinarité est au cœur du travail du designer dont la culture se nourrit aussi bien de l’actualité technologique que des découvertes scientifiques, de la philosophie ou la psychologie, du bien-être ou de l’art. J’aime penser que je suis designer d’expérience que ce soit au niveau physique ou virtuel.

 

 

Qu’est-ce qui vous a mené vers l’entrepreneuriat?

 

 

Les belles rencontres ! On peut dire que j’ai eu la chance d’être entourée de personnes qui m’ont inspirée et accompagnée. En 2007, à ma deuxième année d’architecture d’intérieur,  j’avais déjà commencé à travailler en parallèle à mes études. J’ai ensuite choisi le bon moment pour évoluer de freelancer à entrepreneur avec les bons projets et les meilleures conditions.

 

 

SHAPE a vu le jour en Octobre 2012 en temps qu’agence de design d’espace et après cinq belles années d’expérience, de rencontres et de collaborations, SHAPE est aujourd’hui une agence de conseil stratégique en global design. La persévérance et les belles rencontres au bon moment m’ont permis d’expérimenter ce métier à plusieurs niveaux mais surtout d’explorer le monde de l’entrepreneuriat au jour le jour en m’y accomplissant pleinement.

 

 

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées?

 

Etre une femme entrepreneur au Maroc n’est pas évident, encore moins quand on se lance à 24 ans. J’ai peut être été un peu têtue par moments, mais la persévérance m’a aidée à dépasser quelques problématiques qui n’étaient pas moindres.  Les deux premières années ont été difficiles, j’ai eu quelques challenges et surtout un besoin constant de m’affirmer.

 

 

Ma deuxième problématique a été d’être une femme. Il a fallu me battre pour m’imposer et me faire respecter pour ma valeur professionnelle et non physique. Malheureusement, la réceptivité de certains clients dépendait de mon brushing, de mes talons ou de ma tenue vestimentaire. Il m’est arrivé de rendre ma voix grave pour me faire respecter par un fournisseur ou un artisan ou même d’adopter une attitude masculine pour asseoir une autorité. Aujourd’hui, je ne pense plus que ce soit nécessaire.

 

 

Qu’est ce qui vous motive?

 

 

L’optimisme et les nouvelles rencontres. Si je n’arrête pas de parler de rencontres c’est parce que le facteur humain est ce qui me stimule et me porte.

 

 

Quels sont vos projets à venir?

 

Je travaille en ce moment sur une collection de meubles et d’accessoires qui synthétise ces dix dernières années d’expérience en temps que designer. J’y explore mes inspirations quotidiennes, les objets qui m’entourent, mes origines berbères mais aussi le travail artisanal.

 

 

Un message aux jeunes entrepreneuses en devenir ?

 

 

La création de SHAPE a été pour moi une expérience de vie incroyable qui m’a nourrie et épanouie. L’entrepreneuriat est un chemin comme un autre, il est le plus beau pour celui qui l’empreinte avec passion, bienveillance et humanité.