Ce sont deux peines inégales qui seront appliqués pour le couple accusé d’adultère. La patronne de Dalia Air dont le procès s’est déroulé ce mardi restera encore deux ans en prison. Karim Bennani, le père de ses deux enfants est quant à lui libéré.

 

Face à la loi, hommes et femmes ne sont pas égaux

 

Alors que la loi n’autorise l’adultère ni aux femmes ni aux hommes pourquoi dans ce cas, la femme d’affaires se retrouve en prison alors que l’homme est libéré ? Cette peine laisse-t-elle entendre que face à la loi les femmes sont moins bien loties ?

 

 

Que s’est-il passé ?

 

En 2016, la patronne de Dalia Air et du magazine féminin Illi, se retrouvait incarcérée en prison en même temps que son « amant » suite à une plainte pour adultère déposée par son mari, le koweitien Sadek Marafi.

 

 

Même si la femme d’affaire s’est défendue en expliquant qu’elle avait divorcé de son mari koweitien à l’étranger, l’homme a remis en doute la paternité de son deuxième enfant avec elle. Elle s’est ensuite mariée au Mali avec Karim Bennani.

 

 

Après un procès en novembre 2016, Hind El Achchabi et Karim Bennani écopaient tous deux de la peine maximale : 3 ans de prison.

 

 

Après être passé en appel ce mardi, la peine de Hind El Achchabi était diminuée d’un an (elle passera deux ans en prison au lieu de trois), et celle de Karim Bennani est passée de trois ans à 7 mois de prison. Il a donc été libéré.