Vous êtes sur le point de divorcer ou vous y réfléchissez sérieusement ? Attention à quelques écueils qu’il convient d’éviter, surtout quand on vit au Maroc.

1Vous êtes femme au foyer et avez consacré toute votre vie au bien-être de votre mari et de vos enfants ?

C’est tout à votre honneur mais cela peut vous désavantager à l’heure de la séparation, d’autant plus dans le cas de celles qui n’ont jamais cotisé à la Sécurité sociale et qui se retrouvent sans retraite et sans couverture médicale. Pensez donc à bien négocier au moment de la séparation sachant que l’article 84 du code de la famille joue en votre faveur. En effet celui-ci stipule que : « Les droits dus à l’épouse comportent le reliquat du «sadaq», le cas échéant la pension de la retraite de viduité (idda) et le don de consolation (mout’â) qui sera évalué en prenant en considération la durée du mariage, la situation financière de l’époux, les motifs du divorce et le degré d’abus avéré au recours au divorce par l’époux. »

Mariée depuis 30 ans, Lamia, qui a toujours cru en la bonne foi de son mari et à un amour éternel, n’a jamais pensé à se mettre à l’abri. Son mari, chef d’entreprise, n’y a visiblement jamais pensé non plus. Divorcée à 55 ans, elle se retrouve sans retraite ni mutuelle, obligée de vivoter au jour le jour et dépendant entièrement de lui, alors même qu’elle aspirait à retrouver son indépendance en se séparant.

Retour