Les collégiens et lycéens marocains sont en colère. Et ils comptent bien le faire savoir en manifestant aux quatre coins du pays pour faire entendre leur voix contre le maintien du fuseau horaire GMT+1.

Face à la colère de cette jeunesse, le ministère de l’Education nationale a diffusé vendredi dernier, une circulaire appelant chaque académie régionale à fixer elle-même les horaires d’entrée et de sortie des ses élèves en fonction du climat et des spécificités de chaque région. Malgré cette note d’information, les élèves étaient nombreux à troquer les bancs de l’école contre les lieux publics ce lundi 12 novembre, une vague de manifestations qui n’est pas prête de s’arrêter.

Une photo vaut mille mots

 Fadel Senna AFP

La photo d’une adolescente en colère face à un policier fait le tour de la Toile. Les internautes ont été nombreux à chercher l’identité du photographe, il se trouve que c’est Fadel Senna, un photographe de l’AFP. Selon de nombreux internautes, la jeune fille est le symbole de cette jeunesse en colère.

Mais pourquoi tant de colère?

 

Les jeunes sont nombreux à arpenter les rues pour exprimer leur colère. Ils estiment notamment avoir besoin de deux heures de pause pour le déjeuner ou encore ne souhaitent pas commencer les cours à 8h30 du matin et les finir à 18h30. Ils ont été nombreux à pointer du doigt le long trajet qui les mène à l’école, l’insécurité et de devoir aller à l’école et rentrer chez eux à la tombée de la nuit.  A Casablanca, les jeunes se sont réunis près de la place des Nations Unies, à Rabat, ils manifestaient devant le Parlement.

Sur les réseaux sociaux, des élèves indiquent souhaiter manifester encore pendant 15 jours ou encore jusqu’au rétablissement de l’horaire GMT. De son côté, la Fédération nationale des association des parents d’élèves au Maroc estime que les manifestations n’ont pas lieu d’être sachant que le problème de la pause déjeuner a été réglé. Les élèves ont bien leur deux heures de pause.

Lire aussi: Nouveaux horaires à l’école marocaine: et les parents qui bossent ?

Deux semaines après l’annonce du maintient du fuseau horaire GMT+1, le ministère de la Réforme et de l’administration et de la Fonction publique publiait le résumé de l’étude au sujet du changement d’heure au Maroc. Selon l’étude, maintenir le GMT+1 permet de supprimer les quatre changements d’heure de l’année que l’on connait depuis 2013. Une facon d’éviter la perturbation de l’horloge biologique, les troubles du sommeil ou encore la perte de concentration durant les premiers instants du changement d’heure.