Des dizaines d’élèves du lycée français de Marrakech ont manifesté mercredi et jeudi pour protester contre leur proviseur, accusé par une élève de harcèlement sexuel.

Les manifestations des élèves du lycée Victor Hugo de Marrakech ont finalement porté leur fruit. Accusé de harcèlement sexuel par une de ses élèves, le proviseur du lycée français de la ville ocre a finalement été suspendu par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), révèlent nos confrères du Huffpost Maroc.

 

Dans un post publié sur sa page Facebook, une élève se disant victime de harcèlement sexuel de la part du proviseur raconte les faits sordides dont elle aurait été victime. Elle y évoque notamment des «mains qui se baladent», qui «touchent le haut de vos poitrines», des «convocations sans réels motifs», des «allusions sexuelles» ou encore des «questions (et) remarques déplacées». Selon la lycéenne, le proviseur aurait fait d’autres victimes.

Suite à ces graves accusations, les lycéens ont manifesté dans la cour de l’établissement mercredi et jeudi lors des récréations. Face au tollé suscité par l’affaire, l’association de parents d’élèves UCPE Marrakech a affirmé que l’ambassade de France à Rabat allait envoyer une délégation vendredi à Marrakech pour rencontrer les élèves et utiliser les «tous les moyens démocratiques pour éclaircir et régler cette affaire», ajoute le Huffpost.

Toujours selon la même source, le personnel du lycée Victor Hugo a reçu une note d’information stipulant la suspension du proviseur. Ce dernier a pour sa part démenti toutes les accusations.