Séoul : La pornographie filmée à la caméra cachée indignent les femmes

Des milliers de femmes manifestent à Séoul contre la « molka », de la pornographie filmée à la caméra cachée dans les lieux publics.

 

La Corée du Sud fait face à un fléau de voyeurisme high-tech . Avec des caméras miniatures, des photos et vidéos à caractère sexuelle circulent sur le net sans le grès des femmes qui y figurent. Il y aurait en moyenne 6000 cas par an depuis 2013 selon la police et la majorité des victimes sont des femmes.

 

Des hommes mettent en ligne des pornographies de leur conjointe en les affichant dans tous les états. Non seulement des images de relations sexuelles sont diffusées mais aussi des vidéos de femmes en cabine d’essayage ou vestiaires, aux toilettes publiques, en bikini à la piscine, ou encore marchant dans la rue.

 

La loi qui n’effraye pas

 

En colère et complètement remontées contre cette pratique, les femmes choisissent de s’exprimer autrement. Elles sortent à la rue manifester, ainsi elles réclament le droit de préserver leur intimité et leur vie. La loi qui prévoit une amende de 8000 euros et une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ne semble pas effrayer les voyeurs puisque ce réseau de voyeurs ne cesse de s’agrandir.