Quand c’est oui, c’est oui, quand c’est non, c’est non, et quand on ne sait pas, on garde ses doigts pour soi…“, ces paroles entêtantes, d’une évidence déconcertante, rythment la chanson du consentement réalisée par une association française mais au message universel. 

Clip déjanté qui semble venir tout droit des années 90, la chanson du consentement trace les limites à ne pas dépasser pour pointer du doigt les situations de viol et de harcèlement sexuel. Un clip drôle, des paroles simples mais pertinentes qui banalisent, certes, ce fléau mais qui invite tout agresseur potentiel à penser à deux fois avant d’agir. Sujet sérieux donc, le viol,  qui touche de nombreuses victimes au Maroc et partout dans le monde.

Certains internautes marocains ont d’ailleurs partagé ce clip en faisant un clin d’œil à Saad Lamjarred, écroué depuis mardi 18 septembre en France pour une quatrième affaire de vio

Depuis la promulgation de la loi contre les violence faite aux femmes le mercredi 12 septembre dernier, les hashtags fleurissent au Maroc pour défendre la cause féminine. #Zankadialna invite les femmes à sortir dans les rues pour se réapproprier l’espace public, tandis que le hashtag #Masaktach a permis de supprimer les chansons de Saad Lamjarred des ondes radio pour dénoncer la culture du viol. Si la chanson du consentement fait sourire au premier abord, elle est tout de même lourde de sens et touche tout un chacun.