Interview: Amine AUB présente «Warda bine nass »

Sarah: Tu as été élu meilleur artiste rock-fusion au Maroc il y a quelques années, restes-tu sur le même répertoire ?

Amine: C’est vrai que j’ai une inspiration pop-rock et j’ai une ouverture vers toutes les musiques. Je me ballade, je ne m’impose pas de limite. Je suis mon inspiration et mes écoutes du moment. Je fais aussi beaucoup de collaborations et je me laisse inspirer par l’univers des autres artistes. C’était le cas avec Kane Ya Makane ou encore le duo que j’ai fait avec Papa Wemba qu’on a perdu il y a quelques mois.

Sarah: Bientôt l’album ?

Amine: Mon dernier album date de 2014, c’est relativement frais encore. En général, je sors 3 ou 4 singles pour rester en permanence sur les rotations radio et ensuite j’ajoute quelques chansons pour sortir l’album. Donc, normalement, si je suis le même rythme et si je continue sur la même lancée, mon 2ème album sera prêt d’ici fin 2017. Je suis dans la recherche du son au fur et à mesure pour sortir une autre couleur…

Sarah: Qui est Warda Bine Nass ?

Amine: La chanson parle de plusieurs histoires. En général, mes chansons cumulent plusieurs inspirations, plusieurs expériences qui se confondent et deviennent cohérentes autour d’une chanson. Warda bine nass, c’est la même chose. C’est le sentiment que l’on a lors des premiers amours, les papillons dans le ventre… Il s’agit de quelqu’un qui observe une fille dont il est épris, tout au long de sa vie. C’est un amour à sens unique qu’il assume complètement et qu’il vit bien. C’est un sentiment très doux.

Lire aussi :  Elton John accusé d’agression sexuelle par son ancien garde du corps

Cette chanson vient aussi en réaction à ce que j’écoute à la radio. J’ai parfois l’impression que la symbolique de l’amour est devenue agressive. Comme si l’amour était vécu comme une faiblesse. Là, au contraire, même si l’amour est à sens unique la personne ne sens pas moins virile pour autant. La chanson se veut fraîche, pour acceuillir l’été en toute légèreté.

Sarah: Est-ce qu’il y a une « warda » dans ta vie ?

Amine: Non. Pas pour le moment. C’est un choix de vie d’un artiste qui voyage beaucoup, c’est un mode de vie très instable. Il est donc difficile de stabiliser un sentiment. J’ai une autre chanson qui matérialise ce sentiment là… Lacéré.

Sarah: Après le succès de Kane Ya Makane, prévois-tu une nouvelle reprise de chanson culte ?

Amine: Je n’ai jamais vraiment prévu la reprise. Même en apprenant à jouer de la guitare, je ne faisais pas de reprise, j’étais plus dans un processus de création. Il y a beaucoup de chansons qui m’interpellent mais je ne peux pas me prononcer. J’attends de voir ce que l’inspiration m’apportera.

Sarah: Si tu devais décrire la femme marocaine en quelques mots…

Amine: C’est une femme battante. C’est une femme fidèle. C’est une femme charmante et sensuelle. C’est une femme difficile par moment, capricieuse. Pour moi, l’amour que je porte à une marocaine ne peut être comparé à l’amour que je pourrais avoir pour une étrangère. C’est une forme d’amour unique, qui ne se déclenche que lorsque je suis avec une marocaine.