Meryem Benm’barek a rendu le Maroc fier. La cinéaste a remporté le prix du meilleur scénario grâce à son premier long-métrage « Sofia ». Ce film, sélectionné dans la catégorie « Un certain regard », dresse l’état des lieux de la condition des femmes au Maroc.

 

 

 

Un film adulé par les critiques

 

Cette victoire, le film « Sofia », ne l’aura pas volé. Ce long-métrage qui parle de l’amère réalité de la bourgeoisie marocaine a reçu une standing-ovation de la part des cannois après sa projection. “Les gens n’ont pas été arrêté d’applaudir, nous avions tous les larmes aux yeux”, rapporte l’actrice Sarah Perles au site web HuffPost Maroc. Il n’est donc pas étonnant que le film remporte le prix du meilleur scénario.

 

 

 

Un portrait du Maroc contemporain

 

Avec un synopsis simple mais efficace, « Sofia » dresse une réalité bien présente au Maroc. Alors qu’elle est à peine âgée de 20 ans, Sofia, qui vit encore avec ses parents à Casablanca est prise de violentes douleurs au ventre. A ce moment, la jeune femme, Sofia, découvre qu’elle est sur le point d’accoucher. Elle a fait un déni de grossesse. Elle se rend à l’hôpital accompagnée de sa cousine, sauf que pour la prendre en charge, elle doit absolument présenter les papiers d’identité du père de l’enfant, sinon elle ira en prison. Une fois le bébé venu au monde, les deux cousines partent à la recherche du père de l’enfant. Une quête nocturne effrénée à Casablanca.