Des milliers d’étrangers se sont retrouvés bloqués au Maroc après que le Royaume ait décidé de fermer ses frontières à cause de la pandémie du coronavirus. C’est le cas de Hailey Spivak, une américaine de 25 ans qui s’est confinée à Bouznika avec une famille marocaine modeste qui l’a bien accueillie.  

Originaire de Louisville, dans l’État du Kentucky aux États-Unis, Hailey Spivak a passé un an à voyager dans différents pays afin de compléter sa formation de yoga en tant que professeur de cette discipline. Après avoir visité le Portugal, la voyageuse de 25 ans a décidé de se rendre au Maroc à la fin de l’année dernière, pour enseigner le yoga pendant cinq semaines, aux surfeurs et aux touristes dans une auberge de jeunesse à Bouznika.

À en croire le journal USA Today,Hailey avait renouvelé son visa au début du mois de mars, dans l’intention de rester au moins un mois supplémentaire au Maroc. Celle-ci a obtenu ce qu’elle souhaitait lorsque la frontière a été fermée le 13 mars. La jeune femme s’est donc retrouvée bloquée loin de chez elle pour une date indéfinie.

Hailey Spivak admet qu’il y a eu des moments où elle se sentait épuisée et voulait rentrer chez elle : « C’était vraiment difficile au début. Je ne l’acceptais pas vraiment, et mon corps non plus« , a t-elle déclaré.

Mais depuis, la jeune femme a trouvé sa place à Bouznika où elle a pu faire des nouvelles connaissances, notamment une famille composée de 8 personnes qui lui a ouvert ses portes. « Cette famille me rend visite chaque jour pour s’assurer que mentalement et physiquement, je vais bien. » Elle leur est éternellement reconnaissante et a aimé rester avec eux et apprendre leur mode de vie.

Hébergée par cette famille non anglophone, elle en a profité pour apprendre le dialecte marocain. « Vivre avec huit non-anglophones a aidé Spivak à améliorer son arabe marocain, également connu sous le nom de darija (un mélange de français et d’un dialecte d’arabe). Elle utilise également la communication non verbale et lit les expressions faciales, trouvant de l’humour dans les pannes de communication« , explique le même journal américain.

Bien qu’elle ne soit pas musulmane, elle les a même rejoints pendant le mois sacré de Ramadan en tenant à expérimenter le jeûne pendant quelques jours.

« C’est une expérience magnifique et vraiment cool« , a-t-elle déclaré. « Une bonne pratique de l’autodiscipline« . Selon Hailey, briser le jeûne de 16 heures ressemble à « un Thanksgiving quotidien avec de délicieux repas faits maison« .

Hailey Spivak a confirmé être restée en contact avec sa famille et ses amis sur WhatsApp, Facebook, Instagram et e-mail pour communiquer.